my vampire's life

17 juin 2018

La Légende de "The Elements Four" Chapitre 2

La Légende de « The Elements Four »

elementfour

 

Chapitre 2

L’innocence d’un enfant

 

Au camp des 4 éléments, très loin de la République City. 17 janvier 2026. Jeanne et Alpha ont 6 ans.

 

Alors que certains membres de différents clan s’entraîner à maîtriser les 4 éléments. Jeanne et Alpha, enfants de la chef du camp, Rosalie Queen, avaient une nouvelle fois échappé à leur nourrice. Ces diablotins aimaient embêter leur nourrice, Clandy qui les chercher partout alors qu’ils n’étaient pas loin.

En effet, Jeanne et Alpha étaient en train de regarder ceux qui défendaient le camp. C’était tous des hommes, vêtus seulement d’un pantalon de sport, montrant leurs torses virils et musclés. Ils étaient alignés par quatre, d’un côté ceux qui se battaient habituellement avec les éléments chauds (c’est-à-dire le feu et la terre) et de l’autre côté, ceux qui se battaient habituellement avec les éléments froids (l’eau et l’air). Le but de cette exercice était utiliser qu’un seul élément pour se défendre. Un des hommes envoya une boule de feu vers l’un des hommes de l’autre côté, qui riposta en étouffant le feu avec une bulle d’eau avant de la renvoyait en forme de fouet à son adversaire. L’homme du début ce protégea en ordonnant à la terre, d’un seul coup de pied, de se soulever faisant barrage au fouet d’eau.

Les enfants étaient émerveillés et ils décidères de faire pareille. Jeanne étant un loup-garou, maîtriser la terre et n’avait aucun mal à ordonner à la terre de se soulever. Alpha lui était né d’une union entre un humain et un vampire. A la base les vampires ne maîtriser que le feu mais pour la mère d’Alpha c’était différents. Elle était en harmonie avec les 4 éléments et son fils avait hérité de ses capacités.

Alpha ne maîtriser que l’eau et la terre pour le moment, c’était déjà bien pour son jeune âge.

Ils se mirent tous les deux en position. Alpha imita les même gestes de l’homme qui maîtriser l’eau pensant qu’il n’allait surement pas y arriver du premier coût mais qu’il irai au moins un jet d’eau qui sortirait de la flaque à côté de lui. Ce ne fut pas le cas. Du feu sortir en trompe ce dirigeant vers Jeanne.

Trop surprise par ce qui venait de ce passais, elle ne pus ce protégée et le feu se répandit sur son épaule. Les hommes, qui avaient continués de s’entraîner, entendu les cris de la petite fille qui se tenait l’épaule. Ils accoururent vers elle, déchirant son tee-shirt pour que l’un des hommes puisse la guérie en effectuant la maîtrise de l’eau médicale. Alpha n’avait pas compris ce qui venait de se passer. Il voyait sa petit-sœur en train de se faire soigner par les membres du camp. Il regarda ses mains, il trembler et il avait de quoi. Du feu était sortie de ses mains et il venait de blesser sa petite-sœur. Il n’entendit pas sa nourrice lui parler tellement qu’il était sous le choc. Il vit les larmes de sa petite-sœur, couler le long de ses joues et cela le mis hors de lui.

Quelques minutes plus tard.

Il était chez lui, enfin plutôt dans le bureau de sa mère qui se tenait en face de lui. La pièce était grande, elle compter deux grandes fenêtres et une baie vitrée, qui donnait dans un jardin de rose blanche. Des tableaux d’œuvres d’arts étaient accrochés au mur. Un bureau était présent au milieu de la pièce, avec quelques photos situé sur le bureau.

Alpha jeta un coup d’œil à sa mère. Elle se tenait la tête entre ses mains, sans doutes désespérer par les événements. De sa chevelure blanche, Alpha pouvait voir ses yeux bleus le fixer durement. Il baissa la tête aussi tôt que sa mère digne la lever.

« -Explique moi dit-elle doucement pour ne pas s’énerver, comment tu as pu blesser ta sœur ?

-J’ai…j’ai utilisé la maîtrise du feu, je sais pas comment moi c’est arriver comme ça dit-il doucement.

-Pourquoi ? Pourquoi as-tu utilisai une maîtrise alors que tu sais très bien que je vous ai interdit à part pour les entraînements.

-On…on voulait faire comme les messieurs.

-Pourquoi ?! Elle commença à s’énerver, tu n’es pas un guerrier Alpha !!! Tu es mon fils !! Et un fils doit au moins protéger sa petite-sœur !!! Tu es encore trop jeune pour apprendre des techniques de ce genre !!! »

Alpha commencé aussi à s’énerver.

« -Si tu jouer avec nous, Jeanne et moi on ne jouerai pas à cache-cache avec Clandy. Et on pourrait faire pleins de choses avec l’…

-ça suffit !!! Le poing tapa contre la table. Rosalie remit ses mains contre sa tête et souffla un coup. Sort d’ici.

-Mais…

-Sort de ce bureau ! »

Alpha sortie en trompe ne comprenant pas le comportement de sa mère. Dans un sens, son fils avait raison. Elle le savait au plus profond d’elle. Si elle n’était pas si occupée à diriger le camp et s’occupait de son fils et de sa fille adoptif. Jeanne ne ce serai pas blesser et n’aurais pas une belle cicatrice à l’épaule.

Pendant un moment elle réflèchisa, elle trouvait ça étonnant que la maîtrise du feu ce soit manifester si tôt chez son fils. Normalement, la maîtrise du feu ne vient pas avant l’adolescent. Le feu est une maîtrise dure à maîtriser. Il lui faudra un bon professeur. Décidément, pensa Rosalie, Alpha ressemblait de plus en plus à son père.

 

Bureau de Rosalie CH

Posté par Andyloudracula à 16:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]


03 janvier 2018

La Légende de "The Elements Four" Chapitre 1

La Légende de « Elements Four »

elementfour

 

Chapitre 1

Le dernier membre du groupe

 

« Respire, respire, tu es le meilleur, tu es le meilleur. Tu ne vas pas abandonner maintenant, après tous ce que tu as fait avec les filles, après tous ce que vous avait traversé. »

Ce que je me répète avant chaque fois que je passe sur scène. Mais cette fois-ci je ne suis pas au camp des 4 éléments, je suis dans une salle, sous terre, dans la ville de la République City, dans le plus grand secret. J’ai peur qu’il arrive quelque chose, que les ombres noires découvrent cet endroit. Mais il ne faut pas que je pense à ça.

Je pense à ma mère et autres membres du camp qui sont comme ma famille. Espérant que malgré tout, ils sont fiers de nous. Je sers mon pendentif entre mes mains, en soufflant. Le propriétaire des lieux m’appelle pour monter sur scène, me rappelant que ça intérêt à être un chouette concert.

Je soupire avant de prendre ma guitare. Je gratte un peu les cordes, toujours pas détendu. Je sens une main sur mon épaule. C’est Jeanne, ma sœur adoptive loup-garou et la batteuse du groupe. Elle suivie dans cette aventure, il y a eu des mauvais et bon moments mais c’est grâce à elle que nous sommes là. Elle me sourit me donnant du courage. Haru, notre deuxième guitariste et pianiste, me fait un signe de la main en me souriant.

Nous fessons notre signe du courage avant de monter sur scène. Le public nous aclamère. Qu’il soit humain, loups-garous ou sorcier et sorcière. Presque toutes les créatures surnaturelles étaient présentes.

Dans le seul endroit où nous ne sommes pas obligés de nous battre. C’est pourquoi qu’Elements Four, existe.

Nous nous installons sur scène, Jeanne à la batterie, Haru à la deuxième guitare et moi à la guitare et au chant. J’aspire une grande pouffé d’air, mettant mes deux mains contre le micro. Le public sifflère tout en tapant des mains.

« -Bonsoir la République City dis-je en m’adressant au public, qui me répondrère par un « bonsoir ». Nous sommes, Elements Four !!! »

Ecouté Savior de Rise Against pour plus de réaliste.

Puis nous commentions les premières notes de notre première chanson. Je commencère à gratter les premières notes, tout en commençant les premières paroles. Puis ce fut au tour des filles de teinter de leurs instruments. Le public était en feu. Des couples et des femmes dansaient. Les hommes chantaient avec nous, d’autres criaient. Dans certain moment, je demander au public de chanter avec moi. C’était une expérience favorable.

Quelques minutes plus tard…

« -Bravo Elements Four dit le gérant, c’était un chouette concert comme vous me l’avait dit. Tenais voici vous jade, il me donna 100 jades. Maintenant disparaissait avant que vous avez des ennuis. Alpha conte sur moi pour t’aider à bâtir ta ville. Allait bonne chance, ne vous faite pas attraper par les ombres noires »

Nous prenons nos instruments puis partie direction le camion, en essayant de faire profil bas. En chemin, Haru nous partagea sa joie.

« -C’était un chouette concert non ?! dit-elle en nous prenant dans les bras Jeanne et moi. Faire ça dans l’interdit moi j’aime ça.

-Tu l’as dit ! lui répondit Jeanne.

-T’as voix deviens de plus en plus magnifique Alpha me dit Haru en rougissant.

-Merci.

-Oh comme c’est attendrissant dit une voix masculine. »

Nous arrivons devant le camion, que nous avons caché en dehors de la ville pour ne pas se faire prendre et quand nous arrivons à destination. Un homme était assis devant notre moyen de transport, les bras croisé. Comme si il nous attendait. Quand il se levait, j’étais impressionné. Il était grand, je dirais 1m 78, la même taille que moi, les cheveux très noir et les yeux d’un vert très clair. Il porter également un pendentif entourer d’une pierre ronde où le pendentif doit s’ouvrir.

« -Qu’es ce que tu veux toi ? dis-je énerver qu’il se mêle de la conversation.

-Ne fait pas attention à lui Al me dit Jeanne.

-Au contraire, je ne veux pas me battre avec toi dit-il, je veux juste discuter.

-T’es qui ?

-Jason Turl pour vous servir dit-il en fessant la révérence.

-Turl du clan Turl ? demanda Haru.

-Pourquoi ça pose un problème ? demanda-t-il

-Non pas du tout mais je trouve ça bizarre qu’un membre du clan Turl se trouve dans la République City.

-Pourquoi c’est bizarre Haru ? dit Jeanne ne comprenant pas

-Parce que c’est un sorcier noir dis-je. »

Nous restons à distances. Les filles derrières moi et moi devant Jason, fessant attention à ses moindres gestes. Ma mère nous disait souvent à Jeanne et moi, que les sorciers avaient reçu l’élément de l’air mais ils avaient gardaient leurs pouvoirs réceptive. Les femmes étaient des sorcières blanches et les hommes des sorciers noirs. Ils n’exister pas de femme sorcière noire.

Ils étaient très réputés pour être les créatures surnaturelles, les plus dangereuses après les vampires.

« -Arrêter votre comédie, je ne suis pas comme les sorciers de mon clan dit-il, je ne vous veux aucun mal.

-Qu’est-ce que tu nous veux alors ?

-Faire partie de votre groupe.

-Pardon ?! dis-je surpris

-Tu vois…j’ai fait des choses dont mon clan en est fier mais pas moi et je veux me racheter auprès de quelqu’un. »

Je réfléchie, je n’ai pas confiance en cette homme. Il pourrait très bien nous poignarder dans le dos. Jeanne et Haru insista pour qu’il en fasse partie, disant qu’il nous manquer un membre dans le groupe. Malgré mes paroles, disant qu’on ne connaissait rien sur cet homme.

Je le regardai attentivement, il a des mains de musicien mais une tête de tueur.

« -Tu sais jouer d’un instrument ?

-Je joue de la base depuis que j’ai 8 ans avec mon grand-père.

-Parfait il nous manquer quelqu’un à la basse dit Jeanne, je la regarda lui demandant de ce taire.

-Tu sais chanter ? demanda Haru

-Un peu que oui.

-D’accord t’es pris dis-je après réflexion, je lui tends la main et il fait de même. Mais attention nous sommes recherchées par les ombres noires et …

-T’inquiète j’ai vue pire. Alors à qui j’ai affaire ? dit-il plongeant son regard dans celui Jeanne.

-Oh, Jeanne Smith à la batterie, Haru Usimaki à la deuxième guitare, et au piano et mon frère, Alpha Queen à la guitare.

-Oh du clan Queen ? me demanda-t-il

-Pas aux jours d’aujourd’hui mais il en avait un. Je crois me rappeler qu’on disait que c’était un clan de puissant vampire, dont la reine des vampires en fessait partir mais ce ne sont que des rumeurs. »

Je le regarda surpris, c’est vrai que j’étais jaloux des autres membres du camp ayant un clan est pas moi. Je cassais les oreilles à ma mère et à Clandy, ma nourrice. Ma mère me répéter sans cesse qu’aucun clan du nom de Queen n’exister et que c’était très bien comme ça.

Quand j’osais en parler, j’attirais les foudres de ma mère. C’était comme si je parlais de mon père.

Entendre parler que finalement il avait existé un clan, qui plus sait, un clan de vampire. Bon cela ne m’étonnera pas. Ma mère est un vampire. C’est pour cela qu’on l’appelle le Phénix blanc.

« -Bon alors dit Jason en nous examinant, une loup-garou, un étrange…humain et une fée. Plus un sorcier. On fait une bonne équipe celons moi.

-Une fée ? dis-je en regardant qu’il ne parlait pas de Jeanne. Haru baissa la tête les joues rouges.

-Oh vous ne le savait pas dit-il mettant ses mains devant sa bouche. Oups je crois que j’ai fait une boulette.

-Pourquoi tu nous avais caché ça Haru ? demanda Jeanne, tu nous fais pas confiance ?

-Je…Je ne sais pas…

-Parce que son espèce est menacée, beaucoup de personnes traquent les fées pour leurs poussières. Surtout les sorciers mais ne t’inquiète pas, je ne suis pas ce genre de personne dit-il avec un sourire.

-C’est rassurant dit-elle en grimaçant.

-Bienvenue dans le groupe « Elements Four » ! dit Jeanne en levant les bras en l’air. »

premier_concert_sous_terre

 

 

Posté par Andyloudracula à 14:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 novembre 2017

Vampire Life Story Chapitre 6

Vampire Life Story

 Tome 1 La pleine lune commence déjà à être rouge

couv_t1_vls

 

 

Verne

 

Éclipse de deux jours, le soir du deuxième jour au manoir d’Éric.

 

Ça y est…ce soir sera mon dernière soir. Mes derniers instants à passer avec Éric, malgré l’incident du journal, Koll, qui me montra sa passion pour les livres, Esteban, avec lui tout passe par sa nouvelle voiture, et même Greta, une fille formidable, avec qui j’aimer préparer des petits plats. La dernière fois que je fais voir la terre de mes yeux. Allongée sur mon lit, je regardai le plafond blanc où était accroché un postière du groupe Mötley Crüe. Je le regardais sans bouger dans mon lit, la couverture sur moi, attendant que mon réveille sonne pour me préparer pour le lycée. Dernier jour que je suis en vie, je veux en profiter et surtout me réconcilier avec Evie. Je soupirai, me tournant sur le côté de lit, vers mon réveille qui affichait 5h30. Encore une heure avant de me lever. Soudain, j’entendis du bruit en bas, je savais que Koll aimait rester la nuit dans le salon, à lire un bon livre. Au coin de la cheminée. Je trouvais ça mignon. Un autre bruit ce fuir entendre à mes oreiller. Je me leva de mon lit, habillais d’une légère chemise de nuit, mes cheveux attaché d’une tresse. Je descendis les escaliers vers le salon, où Koll lisait. Ce que je vis me coupa le souffle.

 

Koll

Un livre dans la main droite, l’autre main contre ma joue, appuyé sur le fauteuil auquel j’étais assis. Le feu de la cheminé et la lampe posait sur le petit meuble, m’éclairer à peine la pièce. J’étais seul, les autres étaient partie dans leurs chambres. Je ne sais pas qu’elle heure il est mais j’apprécier ses moments de solitude de temps en temps. D’un coup, la fenêtre, à droite de la cheminée, s’ouvrir en grand laissant rentrer l’air frais dans la pièce. Éteignant le feu de cheminée. Je me leva du siège, allant fermer la fenêtre, posant mon livre sur la petite table où se trouve la lampe. Une fois la fenêtre fermer, je retourna récupérai mon livre, il n’était plus à sa place. Je le cherchai alors partout dans la pièce. Je le trouvai alors aux pieds des escaliers, ouvert dos sur les pages. Je regardai partout entour de moi, ce n’était pas normal. Quelqu’un était entré pendant que je fermais la porte sans que je m’en a perçoive. Je sentis tout ta coup un poids bondir sur moi. Une tête rousse et les yeux vert me regarda, les crocs sortis et bien pointu.

« -April ?! dis-je surpris.

-Joyeux anniversaire mo mhadadh-allaidh (mon loup) dit-elle en m’embrassant sur la joue.

-J’arrive pas à le croire que tu viens spécialement pour ça.

-Il le faut bien, tu viens jamais me voir.

-J’aime pas allait là-bas tu le sais bien.

-Koll qu’est-ce que…dit une voix féminine en haut des escaliers. »

Verne était là en train de nous regarder dans une position assez gênante. April ce dégagea de moi en toussent, montrant sa gêne. Quand t’a moi je regarda Verne essayant de dire un mot mais elle disparut dans sa chambre sans que je puisse dire quoi ce soit. Je soupire, récupérant mon livre.

« -Oups dit April, je crois que j’ai créé un conflit entre vous deux.

-C’est pas ce que tu crois dis-je sachant qu’elle s’imagine des choses.

-Mais je ne pense pas en mal mo mhadadh-allaidh. Tu devrais allais lui parlais. »

April me poussa dans les escaliers, me fessant signe de continuer ma route. Je soupira en souriant. Heureusement que je l’aime bien celle-là, sinon je l’aurai étripé il y a longtemps. Je monte donc jusqu’à la chambre de Verne, cependant j’hésitai à frapper. Je ne s’avais pas quoi lui dire, je me vois mal lui dire « hey, désolé pour ce que tu à vue mais ce n’est pas ce que tu croire. » Je frappe quand même et la porte s’ouvre sur elle en chemise de nuit, vert émeraude.

 

Esteban

« -Allait tout le monde, préparer ce donc je vous aie dit pour ce soir. Veillez que tout soit prêt que ce soit la fête ou pour la sécurité de Verne s’est d’accord ? dis-je en rentrant dans le manoir avec les chiens d’Éric, après notre partie de chasse. »

Tous me répondit d’un grand « oui » et partie à ses occupations, j’allais monter moi aussi dans ma chambre jusqu’à que je vois une silhouette familière dans le salon en train de toucher à des livres de toute sorte. Je m’avança vers elle et m’appuya contre la porte du salon.

« -Je ne pensais pas que April Joce viendrait de l’Ecosse jusqu’ici.

-Et moi qui pensait qu’Éric t’avais jeté ou pire que Koll t’avais abandonné.

-Et non comme tu peux le voire, je suis toujours avec Koll.

-Oui tu es toujours avec lui parce que tu te sans coupable dit-elle avec le sourire.

-Allait c’est repartie pour cette discussion dis-je dans un soupire.

-Il faut bien en parler ! Tu étais sensé tuer Éric pour que Koll ne soit plus asservis par lui, je viens ici et qu’es ce que je vois. Koll ayant toujours le même regard quand il s’est transformé pour la première fois ! Tu sais, ce regard noir et vide !

-Si tu crois que c’est facile de tuer un vampire originel, il n’a pas marqué vendeur de pieux en chêne blanc sur mon front April.

-Je vous dérange ? »

Éric apparut subitement dans le salon, les bras croiser contre son torse, nous regardant d’un regard menacent. Il s’avança vers April, j’avais un pressentiment mais il tenda sa main juste sa main devant elle.

« -Ravi de te rencontrer April dit-il, je découvre enfin le visage de la personne dont Koll m’a énormément parlé.

-Euh…ravi aussi dit-elle intimider.

-Par conséquent, il sera sa main plus fort nous regardant dans les yeux à tous les deux. Si vous compléter contre moi, je vais très vite le savoir et vous perdrai cette bataille contre moi. »

Il lâcha la main d’April et partie de la bibliothèque sans rajouter de mot. Il était très impressionnant il y’a même pas 1 minute mais cela m’as plus déterminé pour sauver Koll des griffes de ce vampire originel. Malgré le fait qu’il est plus grand que moi et plus musclé, je réussirai, avec l’aide d’April, de sauver Koll. Il le faut, je me le suis promis.

 

Koll

 

Verne était devant moi en pyjama, avec une tresse qui descend jusqu’à ses hanches. Elle était si magnifique, que je ne puis empêcher de la regarder de toutes ses formes. Quand nos regards ce croise, nous rougissons tous les deux. J’étais mal alaise et gêner devant elle.

« -Euh dis-je ne sachant pas quoi commençais, je voulais m’excuser pour tout t’a l’heure, pour la position dans laquelle tu nous as trouvé….

-Tu n’as pas à t’excuser dit-elle, c’est plutôt moi de m’excuser après tout, tu fais ce que tu veux avec qui tu veux. Cela ne me regarde pas. Est-ce que tu peux sortir de ma chambre ? Je dois m’habiller pour allait au lycée.

-Tu veux allez au lycée ?!

-Oui pourquoi ?

-Dois-je te rappeler qui veut te tuer pour lever une putain de malédiction ?! dis-je commençant à m’énerver. Tu dois rester cachée dans ce manoir Verne, jusqu’à demain, après que le rituel soit fini !

-Je ne vais pas rester ici toute la journée à ne rien faire ! Je dois faire quelque chose et je n’ai trouvé que ça pour m’occuper l’esprit !

-Il est hors de question que je te laisse faire Verne !

-Raaah allez-vous faire voire toi et les autres ! dit-elle »

Elle me calqua la porte au nez, fessant trembler les murs du manoir. Je soupira. Je descendis les marches des escaliers, croissant Éric au passage.

« -Qu’es ce qui ce passe ? me dit-il s’arrêtant dans sa porter, j’ai entendu des cris à l’étage.

-Verne veut allez en cours aujourd’hui dis-je en soupirant.

-Elle c’est que c’est aujourd’hui le rituel ? je hocha la tête, elle est aussi têtue que sa mère. Bien si elle veut vraiment y allez, tu l’accompagneras.

-Pourquoi moi ? Et pourquoi pas Esteban ?

-Ton cousin est occupé à autre choses.

-Si Koll va quelque parts j’y vais aussi dit April qui vient d’arriver.

-D’accord, au moins je ne t’aurais pas dans les pattes dit Éric en continuant sa route. »

 

Verne

Qu’es ce qui m’a pris ? Pourquoi j’ai agis comme ça envers lui, je suis en train de pleurer mais je ne sais pas pourquoi. Peut-être parce que j’en ai marre qu’on décide à ma place. Je décidai tout de même de m’habiller, d’un débardeur noir, avec le groupe Black Veil Brides dessus, et d’un jean bleu clair. Je me regarda dans le miroir et j’avais une tête hideuse. Des cernes et mes cheveux roux en pétards. Déjà que je l’es aimer pas mais l’as. Je décida d’arrencher tout ça. Quelqu’un frappa à ma porte, je pensais que c’était encore Koll, alors que je me brosser, je lui dit à travers la porte « si c’est toi Koll ont n’as plus rien à se dire ». Je souffla, me disant que je recommencer mais ce n’était pas Koll qui avait frappé.

« -C’est Éric, je peux entrer ? »

Depuis l’histoire avec le carnet, Éric ne m’a plus parlé. Et là, il est venu me voir, je me leva donc vers la porte, la ouvrant à moitié.

« -Je ne vais pas te manger dit-il en rigolant. »

Je rougie et le laisse renter, il s’assis sur mon lit, regardant la chambre.

« -Tu sais dit-il en me regardant, tu pouvais redécoré la chambre.

-Je ne compte pas rester indéfiniment chez toi.

-Parce que tu crois qu’Ivan va en rester là ? Il ne te lâchera pas Verne, il veut à tout prix lever cette malédiction.

-Mais pourquoi il s’acharne comme ça ? dis-je en m’asseyant à coter de lui.

-Parce qu’il pense qu’en libérant l’hybride, il pense qu’il pourra devenir comme lui. Il est complétement fou. »

Je réfléchissait un moment, ce que fait Ivan n’as pas de sens, il veut devenir un hybride mais pour quoi ? On ne connait pas qui est cette hybride, il peut être dangereux et avoir des plans contre ceux qui l’ont enfermés. Mais je ne peux pas rester sans rien faire dans ce manoir avec les sbires d’Éric qui me surveille h24.

« -Je sais que tu veux m’en empêcher de sortie du manoir Éric, mais ce n’est pas en me disant ça que tu vas y arriver.

-Je ne veux pas t’empêcher de sortir du manoir dit-il en souriant.

-Alors pourquoi tu es venu dans ma chambre ?

-Ce que je veux éviter c’est qu’Alexandro m’étripe si tu te fais capturée par Ivan. Mais je ne peux t’empêcher de sortir, surtout si c’est ton dernier jour. Tu as m’a bénédiction pour aller au lycée.

-Merci dis-je en souriant.

-Mais Koll et April t’accompagnera pour te veiller sur toi dit-il en se levant.

-C’est une blague ?! Il commença à sortie de ma chambre, Éric reviens ici !!!

-Dépêche-toi tu vas rater le bus dit-il en descendant les escaliers en souriant. »

Je hurle de rage et retourna dans ma chambre, sautent dans mon oreiller. April ? ça doit être la femme aux cheveux rouge qui était sur Koll. Elle est jolie…Koll va bien avec elle. Allez Verne ! Ne pense pas à ça, pense plutôt comment tu vas faire pour te faire pardonner auprès d’Evie.

 

Quelques heures plus tard

Je suis assise sur un banc dans le lycée, dehors en train de regarder Evie, toute seule avec un énorme pansement sur le cou. Je repense à la façon où je lui ai fait ça. J’en frissonne, tellement que ça me dégoute. Koll est assis, dos à moi, en train de dormir surement. Depuis notre dispute de ce matin, il ne m’a pas parlé. April, à bien essayé, d’après ce que j’ai entendu, mais il ne veut pas me parler. Je ne sais pas si c’est à cause de ce que je lui ai dit, mais être tous les deux seuls, sans que personnes ne parle. Je trouve ça déprimant. Ou alors, il attend que je fasse le premier pas ? Après tout, c’est moi qui lui ai dit d’aller ce faire « voire ». J’allais posait ma main contre son épaule jusqu’à qu’April revienne avec nos boissons. Je ne lui ai pas encore parlée.

« -Alors voilà un chocolat chaud pour toi Verne dit-elle en tendant ma boissons chaude vers moi en me souriant.

-Merci.

-Et toi Koll voici ton thé vert, Koll ?

-Humm ? dit-il en se réveillant.

-Ton thé vert moucheron.

-Merci, je vais voir quelqu’un là-bas je reviens dit-il en se levant pour aller un larbin d’Éric. »

Je soupira en buvant ma boisson. Le regardant en train de parler à un garçon.

« -Il est têtue ce n’est pas possible dit April en s’asseyant à côté de moi, j’étais assez mal alaise d’être proche d’elle. Alors Verne, on n’a pas eu le temps de se présenter convenablement toute les deux. April Joce enchantée.

-De même.

-Ne soit pas aussi gênée envers moi, c’est plutôt moi qui devrais être gênée.

-Pourquoi ça ?

-Bah tu nous as trouvé dans une position assez gênante ce matin, je suis désolée mais je suis assez tactique.

-Non tu n’as pas à t’excuser, c’est normal pour un couple dis-je en buvant ma boisson.

-Je t’arrête tout de suite, ce n’est pas ce que tu crois, je le regarda d’un coin de l’œil, je ne sors pas avec Koll. C’était le cas avant mais plus maintenant. Je suis son amie d’enfance. Je la regarda confuse et rougie d’avoir pensé ça. T’inquiète pas, tu ne connaissais pas notre relation, c’est normal que tu aies pensé ça. C’est un peu de ma faute.

-Pourquoi vous n’est plus ensemble ? Si ce n’est pas indiscret !

-Il n’avait plus l’étincelle qui avait avant mais on a décidé de rester amis. Je me suis déplacer exprès de l’Ecosse pour son anniversaire et ce moucheron préfère faire son travail, au lieu de s’occuper de belles demoiselles comme nous ! dit-elle en levant les bras en l’air.

-Son anniversaire ? dis-je en le regardant surprise.

-Il ne t’a pas invertit ? C’est bien lui ça dit-elle dans un soupire, on fête son anniversaire ce soir.

-Ah, tu habites en écosse ? Ça doit être beau d’habiter là-bas.

-Au ça oui, quand Koll m’a emmené en 1710, je suis tombée amoureuse de ce pays. Et je m’y suis installée quand nous nous sommes séparés. J’y d’emmènerai un jour si tu veux.

-ça serait formidable. »

Je regarda Evie, qui ce fessait embêter par des garçons, ce moquant de son pansement. Je voulais allais l’aidait mais mon corps refuser de bouger, je n’étais pas courageuse dans certains circonstance. April me poussa d’un coude.

« -Va l’aider.

-Je sais pas, entre elle et moi c’est compliquée. C’est moi qui lui fais ça.

-Raison de plus, allez. »

Je souffla un bon coup et me leva vers Evie.

« -Et les gars ? Les interpelés ce retourna vers moi. Vous ne voulait pas allez à ailleurs ?! Je les hypnotisai et ils obéissent, je me retrouvai seule avec Evie ne sachant quoi dire. Elle me regarda droit dans les yeux, j’allais commençais à parlait mais elle me devant-ça.

-Tu l’es as hypnotisai c’est ça ? dit-elle

-Euh oui.

-Pourquoi tu m’as aidé ? Après ce que tu m’as fait…

-Ecoute Evie, je tiens à m’excuser, même moi je ne suis pas fier de ce que j’ai fait. Je m’en veux terriblement. C’est la première fois que j’ai une amie et je viens de la cacher. Je ne sais pas quoi faire pour que tu me pardonne.

-Comment je pourrais te pardonner sachant que tu risques de recommencer.

-On va faire un marcher, je sortis t’en bien que mal, un bracelet de veine de vénus, plus un bocal de veine de vénus. Tiens mais ça autour de ton poignet et ça à chaque fois que tu bois du café ou du thé.

-De la veine de vénus ? Pourquoi tu me donne ça ?

-Parce que si je recommence, c’est pour me permettre d’arrêter. Tu devrais en donnée à ton frère et si par malheur je n’arrive pas à me contrôler. Met moi un pieu dans le cœur.

-Mais tu es folle jamais je tuerai quelqu’un !

-Pourtant si un vampire t’attaque, il faudra bien le tuer.

-Laisse bien réfléchir d’accord ?

-Oui, merci Evie.

-Je n’ai pas encore dit oui.

-C’est tout comme. »

Je sourie, heureuse d’avoir pu parler à Evie avant le rituel de ce soir. Malgré le fait qu’on me dise, que j’échapperai à Ivan ce soir, je n’y crois pas trop. Ivan à l’aire d’un homme puissant, avec une nombreuse connaissance. Je ne sais pas c’est motivation mais si je ne fais pas à attention à m’a conversation avec lui. Il est capable de s’apprendre à tous les personnes que j’aime et ça je ne peux l’accepter.

 

A suivre…

Posté par Andyloudracula à 00:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 juillet 2017

Vampire Life Story Chapitre 5

Vampire Life Story

Tome 1 La pleine lune commence déjà à être rouge

couv_t1_vls

 

 

 « Il ne te reste que 3 jours, après le rituel commencera et tu ne pourras pas y échappée». Cette phrase me revient en boucle dans ma tête, comme une cassette qu’on rembobine, pour revoir un moment qu’on a un aimer. Moi, revois cette homme, me dire que dans 3 jours, ma vie est fini. Et comme un sentiment de dégout. Je suis allongée dans mon lit, la couverture reconverte sur moi, la tête dans l’oreiller. Je ne veux pas me lever, je veux rester là, a essayée de penser à autre chose que cette histoire. Je me redresse pour regarder mon portable, espérant avoir un message d’Evie mais rien. Je me recouche alors, soupirant contre mon oreiller. J’entends la porte de ma chambre s’ouvrit, je ne me redresse pas, sachant que c’est mon père, venu s’expliquer. Je le sens s’assoir sur mon lit, il me caresse les cheveux mais je l’esquive. Toute ma vie n’as était que mensonge et mon père en fait partie.

« -Verne dit-il en soufflant.

-Dit moi la vérité papa dis-je en le regardant, tu le savais ? Tu le savais que j’étais née pour mourir et tu n’as rien fait pour empêcher ça ?! il resta silencieux, regardant la pièce et ma poupée toute décabosser.

-Oui je le savais me dit-il, n’en veux pas à ta mère, elle n’était pas encourant, cela ne se transmet qu’autre père et fils.

-Comment ça ?

-Je ne suis pas sensé t’en parler.

-Je crois vu la situation, tu dois m’en parler !! dis-je en commençant à m’énerver sur lui.

-Surveille ton langage Verne, je suis quand même ton père !! Mais tu as raison, je te dois la vériter. »

Il se lève pour aller se rassoir sur ma chaise, à côté de ma commande, qui se trouver près de la porte d’entrée. Moi je me m’assoie sur mon lit, attendant patiament ce qu’il à dire.

«-Ne m’interront pas me dit-il, il y a longtemps vers l’année 1300, une famille de bourgeois était arrivée sur les terres de notre famille, demander d’être logée le temps de réparer leur bateaux, pour retourner dans leurs pays. L’un des hommes de la famille, c’était amouracher de la fille du duc Cultipe, Aleora Cultipe. Ils avaient des projets ensemble, construire une famille et habiter dans une grande maison mais ils avaient un obstacle.

-Le duc ne voyait pas en bonne œil leurs relations ? dis-je en entourant mes bras contre mes jambes.

-Un certain point oui mais ce n’était pas ça leurs problèmes.

-Comment ça ?

-L’homme qui était l’amant de la Comtesse, était mi vampire mi loup-garou. Un soir, il décéda de transformer sa bien-aimée en vampire, pour rester avec elle pour l’éternité. Mais ce qu’il ne savait pas, c’est qu’elle n’a pas appréciée qu’il prenne sa décision à sa place. Le 23 octobre 1300, un rituel a eu lieu dans la forêt, près de trois grands rochers. Ce rituel avait pour but, d’emprisonner l’âme du vampire et du loup-garou pour ne plus qu’il fasse du mal à personne. Ça servait aussi à tuer les vampires au soleil et punir les loups-garous pendant les nuits de pleine lune. Il fallait le sang éternel pour que le rituel marche et il fallait le détruire après que le rituel soit fini. Aleora était marié à au roi d’Italie pendant sa relation avec cette homme, ils ont eu une petite fille. Pendant le rituel, leur petite fille a des secousses comme si quelqu’un la possédait. Effectivement c’était le cas, on avait découvert que le sang éternel se réincarner dans chaque génération mais toujours chez les femmes. Pour éviter quelqu’un ne brise le rituel, on le sella par le sang d’un humain et on devait tuer le sang éternel. Mais le roi, ne pensant qu’à lui, voulait une descendante. Il quitta le château dans lequel il vivait, pour s’installer dans ce petit village, sachant que personne ne pourra le trouver. Dans cette période, il créa une tradition dans la famille où seuls les hommes seraient au courant, « Si l’épouse de mon fils, petit-fils ou arrière-petit-fils donne naissance à une fille, alors chaque père de l’enfant devrait le tuer de sa propre main pour que le sang éternel ne puisse se réincarner. ».

-Le roi était affreux dis-je en posant la tête contre mon genou gauche.

-Il ne devait prendre aucun risque Verne. »

Je soupira, le fait entendre cette histoire ne me réconforte guère.

« -Et pourtant tu ne là appliquer cette tradition, pourquoi ?

-Je n’avais pas la fois dit-il en baissant la tête et en entrenlassant ses doigts. Quand-t-on m’a dit, le jour de ta naissance, que tu étais une petite fille. J’étais déçu c’est vrai, je le regardai plein de tristesse qu’il m’avoue ça, mais quand je t’ai vu tété le sein de ta mère, j’étais le plus heureux des hommes et je devais te protéger.

-C’est pour ça qu’on n’ait jamais en Italie ?

-Oui dit-il en se prenant la tête dans les mains, je me leva de mon lit me dirigeant vers la porte pour aller dans le salon, j’en avais assez entendu, écoute-moi ma princesse c’était pour ton bien…

-Ne m’appelle pas comme ça !!!!!! dis-je en me retournant sèchement.

-Eh bien qu’elle ambiance dit une voix grave près de l’entrée. »

Éric était là accompagné de Koll et Esteban, c’est chiens de garde. Linn était là aussi, gêner de la situation.

« -Je peux savoir ce que vous faite là ? dis-je sèchement.

-Je viens récupérer ce qu’on me doit dit Éric en s’approchant de moi, je regarde mon père d’un ton interrogateur.

-Je lui est promis une journée avec toi me dit-il en baissant la tête.

-Bien sûr dis-je encore plus sèchement, alors allons-ci. »

Je pris mon sac devant l’entrée et sortie, en compagnie de Koll et Esteban, qui n’osait pas parler peur qu’ils m’énervent de plus en plus. Nous attendions Éric qui discuter avec mon père. Une fois qu’il sortit du manoir, Esteban me donner un casque de moto et me présenta sa nouvelle machine pour se déplacer. Je n’y fis pas attention et montère sur la moto. Nous nous dirigeons alors vers le manoir d’Éric, avec le regard veillant de mon père.

Une fois que nous somme arriver, Éric me dit qu’il avait des choses à faire avant de s’occuper de moi. Je pouvais faire ce que je voulais en attendant. Koll m’abdiqua, à ma demande, la bibliothèque. Je voulais m’ahérer l’esprit par ce que je venais t’entendre. Je choisi alors plusieurs livres pour lire mais aucun ne m’a satisfaite. C’est alors que je vis un livre avec une couverture doré à l’ancienne, avec une inscription en argent. Il était écrit « Éric Hunter I ». J’ouvris quelques pages, je vis des dates comme le 23 octobre 1300. Le jour du rituel. Serai-je le journal intime d’Éric ? Curieuse, je commença à lire quelque mot. Mais à peine que je commençai à lire, il arriva à ce moment. Je sursauta et cacha le livre dans mon sac.

« -Tu va bien ? me demandai-t-il

-Oui oui oui dis-je précipitamment, il fronça les sourcils mais ne releva pas.

-Prépare tes affaires, je vais t’emmener dans un endroit où j’ai l’habitude d’y allez.

-Où ça ?

-Tu verras par toi-même. »

 

Éric m’avait emmené à la plage, il fessait toujours jour mais le paysage était magnifique. Je pris des photos et nous nous paussons sur la plage. J’aurais aimée me baigner mais je n’avais pas emmené mon maillot de bain. Je regardai Éric, qui regarda le paysage. Il avait un sentiment triste sur son visage quand il regardait la mer. Je suis pris en faute quand il me regarda, je détournai le visage en rougissent. Malgré ses airs dominants, Éric était plutôt beau garçon. Grand, les yeux marron, un corps musclé où je pouvais voir dessiné ses pectoraux sous son tee-shirt. Un sourire charmeur, les cheveux bruns et sa bague émeraude qui brillait à cause du soleil. Il pouvait faire tourner des têtes, et moi la première. Je lui sourire, malgré que je sois gêner Je décide malgré tout de me levais et d’aller trempé mes pieds.

« -Je…Je vais tremper mes pieds…tu…m’accompagne ? demande-je

-Euh…non va-s’y je te regarde depuis ici. »

Je fronçai les sourcils mais ne releva pas, je me dirigeai donc au bord de l’eau, après avoir retiré mes chaussures. L’eau était froide mais c’était agréable, je regarda Éric, qui me sourit, je le pris alors en photo. Il rouspéta, ce qui me fessa rire.

« -Cette photo va te gouter cher me dit-il en grognant

-Viens dans l’eau pour l’effacer alors dis-je espérant que mon jeu fonctionnerai.

-Je t’attraperai quand tu seras sortie de l’eau me dit en souriant. »

Ma tentative de le faire venir dans l’eau avait échoué. Je décidais finalement de sortir, même si cela fessait quelques minutes que j’y étais. Je demanda si on pouvait rentrer, Éric me répondit oui mais qu’il devait chercher mes affaires avant de rentrer.

« -Mes affaires ?

-Tu va habiter chez moi le temps qu’Ivan perde espoir de te sacrifié pour ce rituel à la con dit-il en se levant.

-Une idée de mon père je présume dis-je en soufflant.

-En partie dit-il, je le regarda sans trop comprendre. C’était aussi le plan de Leo.

-Comment tu… »

Je le regardai surprise qu’il connaisse ce nom. Leo, le vampire qui à une époque alors que je n’avais que 17 ans, ma donnée une seconde chance.

« -ça serai trop long à t’expliquer, allez viens de restons pas ici. »

 

Quelques minutes plus tard.

Je suis toujours abasourdi par la réponse d’Éric, comment il connaissait Leo ? A part mon père, Linn et moi nous connaissons l’existence de Leo. Je le considérer comme mon deuxième père, jusqu’à près que mon père est disparu sans laisser de trace.

Greta m’aida à m’installer dans ma nouvelle chambre. La chambre était assez sombre, la tapisserie était de couleur noir et le plafond de couleur rouge. Il n’avait qu’une fenêtre dans la pièce, fermé apparemment, tenu par un rideau rouge avec des petites guitares électriques noires dessus. La chambre était décorée avec des posters d’ancien et nouveau groupe, comme Kiss, Mötley Crüe, Black Veil Brides et pleins d’autres. On aurait dit que cette chambre, aurait appartenu à un adolescent. Je vivais dans un monde de metal, rock, punk rock et c’était assez sympathique. Je posai mes affaires sur le lit, menie de la couverture noire. Je regarda autour de moi. Malgré les apparences, j’aimais beaucoup cette chambre.

« -Alors dit Greta posant mes autres affaires sur la chaise de bureau, le petit-déjeuner est à 7h pendant les jours de semaine, sinon c’est à 9h. Après tu à une salle de bain juste derrière cette porte. Je te conseil de te coucher tard, la nuit c’est assez agité, même si j’oublie que les vampires ne dorme pas forcément. Enfin j’espère que tu seras bien installée dans la chambre de monsieur Alberic.

-Alberic ?

-Oups pardon dit-elle en mettant des mains devant sa bouche, je penser que monsieur Éric te l’avais dit. Oublie ce que je viens de dire. Je te laisse t’installer, à oui ils font chasser vers 21h dit-elle avant de sortir. »

Je me retrouva seule dans la chambre. Alberic…cette chambre aurait était habiter par lui. Je vis, sur le miroir du bureau, une photo très ancienne d’un jeune homme. Il était écrit « 1869 », deux mois après ma naissance. Je pris la photo dans les mains, grâce au miroir, je vis qu’il avait quelque chose d’écris dessus. « A la mémoire de mon frère de cœur, Éric Hunter ». Alors Éric avait un frère, enfin un frère de cœur. Je reposa la photo à sa place et m’installa sur le lit, fessant tomber mon sac de lit. Le livre, que j’avais pris dans la bibliothèque, sortie de mon sac. Je décidai de le feuilleter, tellement j’étais curieuse de découvrir l’histoire d’Éric.

« -Février 1286,

Demain c’est notre anniversaire à George et à moi, nous avons avoir huit ans tous les deux. Bien que nous n’allions pas avoir de cadeaux, juste l’attention de père et mère, compte. Grâce à eux, George et moi nous savions lire et écrire.

 

-Novembre 1289,

George c’est encore battu pour moi aujourd’hui, un enfant du village nous as traité de « démon » à cause de notre ressemblance. J’aurai aimé lui mettre une bonne correction mais j’ai était pris par une vilaine toux. George c’est inquiéter et allez chercher père, le plus vite possible. Le docteur a dit que je n’avais que ce soir pour vivre.

Lendemain 1289,

Je n’ai pas succombé à la maladie, j’ignore comment mais père, mère et même George était fut de joie.

 

Octobre 1298,

George et moi avons décidé de trouver un travail auprès d’un noble, pour devenir soldat. Enfin de nourrir nos parents. Mais les nobles sont comme les autres. Aucun de voulez de nous à cause de notre ressemblance. A part la Comtesse du Manoir Cultipe… »

Je m’arrêtai là, relisant cette phrase. Éric avait rencontrais mon ancêtre ? Et il avait bien un frère, jumeau qu’il plus s’est. La fin de cette page à était effacé mais j’imaginer que mon ancêtre les avait pris sous son aile.

« -Octobre 1300,

Je l’ai tuerai tous ! Tous en tant qu’ils sont ! Je voyagerai dans le monde entier si il faut, pour les retrouverai mais je te vengerai mon frère, ainsi que vous père et mère. »

Les dernières pages on était brûlé. La dernière page était couverte de sang. C’était l’année du rituel, mon père ne pas dit comment ce passer ce rituel. Est-ce que Éric avait participé au rituel ? Si oui, il connaît les ingrédients. J’entendis quelqu’un frapper à la porte. Je vis Éric à la porte, je cachai vite le livre en dessous Mais je n’étais pas assez rapide qu’il me prit la main, avant que je puisse le mettre sous la couverture. Il me prit le livre des mains et le regarda de tout son angle, quand il reconnut le bouquin. Il fronça les sourcils et me regarda sévèrement.

« -Où tu à trouver ça ?! me dit-il en balançant le livre sur mes genoux

-Dans…dans la bibliothèque…il me fessait peur, je n’osai pas prendre la parole.

-Tu l’a lu ?!

-N…nnn.

-Répond !!! Tu l’as lu ???!!!!

-J’ai…pas eu le temps. »

 

Je ne s’avait pas s’il m’a crûe mais il partit de ma chambre, avec le livre dans les mains. Il claqua la porte violament que je sursautère. Je me mis à pleurer sans savoir pourquoi, sans doute à cause de l’impression. Je entendis pas loin dans le manoir, quelqu’un pleurait. Je sortir de la chambre, allant à l’endroit où j’entendis les pleurs. Je vis Éric, appuyé contre une poutre d’une main et de l’autre, appuyé contre sa tête. Le livre était par terre. J’essayais de me faire distraite, peur qu’il s’énerve encore contre moi, bien que je comprenne sa réaction. Je l’entendis répéter une phrase, « je ne peux pas…pas George…je ne peux le détruire…peur de t’oublier… ». Je décida de le laisser seul et remonta dans ma chambre. M’allongeant dans le lit, en soupirant.

« -C’est vraiment une journée de merde. »

 

A suivre…

Posté par Andyloudracula à 20:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 juillet 2017

Vampire Life Story Chapitre 4

Vampire Life Story

Tome 1 La pleine lune commence déjà à être rouge

couv_t1_vls

 

Verne

Nous sommes le dimanche soir, qui dit dimanche soir, dit que c’est l’heure de la fête organiser par Evie. Je suis en train de me préparer, tout en essayent de ne pas penser au baiser d’Esteban. Pendant mon sommeil, je revoir cette images. Je ne sais pas ce qui m’a pris de répondre à son baiser, peut-être que j’avais besoin de réponse ? Sans doute. Je descend au salon, habiller d’une this-short rouge bordeaux, d’un pantalon noir un peu déchiré sur aux niveaux des cuisses et des bottes à talons noirs. Linn et mon père, ce trouver dans le salon en train de pratiquer sans un rituelle, je pense. Linn avait ses mains sur la tête de mon père, qui avait fermer les yeux, Linn répéter des phrases dans une langue étrangère. Je ne savais pas ce qu’il mijoter, depuis hier soir, je n’ai pas pus parler à père, il n’arrêter pas de me répéter qu’il avait un truc important à faire avec Linn. Je n’ai pas h’insiter. Il était déjà 21h 30, j’étais en retard. Je pris le bout de papier où l’adresse était noté dessus, je pris les affaires que j’avais besoins, sac à main, clés de voiture, ect…, et me dirigea vers la sortie, en lanssent « bonne soirée », bien sûr je n’obtiens pas de réponse.

 

Alexandro

«-Concentre-toi Alex me dit Linn en retirent ses mains de ma tête, ça ne marchera pas sinon. Je ne pourrai pas le localiser si tu penses à autre chose que lui.

-C’est ce que je fais Linn dis-je en râlent mais tu sais qu’il a une sorcière puissante avec lui.

-Arrête de me prendre pour une idiote Alex, tu penses encore à elle me dit-elle en m’enlacent de ses bras maigrichonnes, après tout ce qu’elle t’a fait, tu l’aime encore.

-Tu ne peux pas oublier ton premier amour Linn et tu le sais dis-je en lui prenant les mains, sans vouloir t’enfoncer.

-Ne n’inquiète pas me dit-elle en se redressant, bien reprenons.

-Attends dis-je en me levant, peut-être qu’avec moi ça ne marchera pas. Il faut une personne qui a eu affaire avec lui.

-Mais tu as eu affaire avec lui.

-Non je veux dire…qui a affaire avec lui réssament.

-Tu pense à quelqu’un de particulier ? »

Je là regarda dans les yeux en pensant à la personne qui me vient à l’esprit. Elle écarquilla les yeux et se leva d’un bout en ne sèssent de répéter non.

« -Non, non, non, tu n’inviteras pas ce monstre dans mon manoir !

-Nous n’avons pas le choix Linn. Je ne vois personne d’autres qui peut nous aider.

-Lui nous aider ?! A tu oublier ce qu’il a fait aux sorcières à une certaine époque ?!

-Nous n’avons pas le choix Linn.»

Linn baissa la tête, voyant qu’il n’est pas d’autre solution. Je sais qu’elle relation, ils sont eux tous les deux mais si il est la seule personne à nous aider, nous n’avons pas le choix.

Verne

J’arrive enfin devant la maison d’Evie, une maison assez grande, un ton beige avec un grand jardin de fleur autour d’elle. La maison était suspendu par un petit escalier où des guirlandes était attaché autour. Des voitures sont garer devant celle-ci et j’entends de la musique qui proviens de l’intérieur. J’étais prête à redémarrer ma voiture pour partir de cet endroit, qui me mettait mal à l’aise mais je me suis dit que j’y étais et maintenant je reste. Je sors de la voiture et me dirige vers la porte d’entrée. Je toque trois fois contre l’immense porte et une Evie exister apparût devant la porte.

«-Salut Viny ! me dit-elle en me serrant dans ses bras, elle a le culot de me mettre mal à l’aise, on n’attendez plus que toi, Koll et Esteban sont déjà arriver. Viens rentre, je vais te servir à boire. »

Je passe un pas hésitant à l’encart de la porte, voyant que je peux entrer, je me dirige avec elle vers la cuisine. Plein de personnes surtout des garçons me regardère, pas bizarrement mais c’était plutôt flippant. Arriver à la cuisine, Evie me tendit un verre sans rien me dire du contenu.

« -Essayes-ça tu m’en diras des nouvelles me dit-elle en souriant, je tends alors mon verre, le liquide est froids et amers en même temps mais c’était assez bon, c’est bon dis-je qu’es ce que c’est ?

-Un whisky coca préparé par mon frère.

-Enfaite tes parents sont au courant pour la fête ? demande-je soudainement tout en sirotant mon verre.

-Non est ils ne risquent pas de le savoir me dit-elle toujours en souriant.

-Comment ça ?

-Pas ici, viens. »

Nous sortons dehors avec nos verres à la main. Dans leur jardin, une piscine était installée au niveau de la terrasse. Nous nous installons au port de la piscine, verre à la main.

« -Enfaite mes parents sont morts dans un accident non expliquer, quand j’avais 3 ans elle soupirant un peu en buvant dans son verre, mon frère a eu ma garde après ça mais les services sociaux le surveille, il n’a que 25 ans.

-Suis désoler pour tes parents.

-T’inquiète pas, tu ne pouvais pas savoir et…tu ne peux pas comprendre.

-Si je le peux.

-Ah ?me répond-t-elle surprise.

-Oui, mes parents ont disparus quand j’avais 6 ans, je soupire, pourquoi je lui racontre ça, je continue quand même. Je penser les avoirs perdus jusqu’à que je retrouve mon père hier.

-Ah oui ! dit-elle exister, et ta mère ?

-Je ne sais pas si elle est encore en vie mais au fond de moi, je l’espère.

-T’en as parlé à ton père ?

-Non…et je ne sais pas si je dois lui en parler… »

Quelques heures plus tard.

Nous sommes rentés, moi et Evie, dans la maison pour nous resservir un verre. Mais nous ne sommes perdus de vue, au moment où on ce diriger vers la cuisine. J’observe les alentours, des personnes danses, d’autres bois. Un homme aux cheveux noirs, avança vers moi avec un sourire sur les lèvres. Il était assez mince, grand, avec un peu de muscle, une barde de 3 jours, habillé d’une chemise noire et d’un pantalon bleu foncé. Il s’avança vers moi avec un verre dans la main, qui me tendit par pur politesse ? J’accepta le verre avec hésitation.

« -Je m’appelle Jacob me dit-il dans les oreilles pour que j’entende ce qu’il dit, le grand frère d’Evie.

-Verne, enchantée dis-je en criant dans son oreille pour qu’il entend, buvant le contenue de mon verre.

-Tu ne veut pas qu’on aille allieur pour faire plus imple connaissance ? Il commença à me prendre par le bras et à m’emmenait vers la cuisine.

-Non merci, sans façon, je commença à tirer pour me dégager, moi qui penser qu’avec ma force de vampire, j’allais me dégager facilement. Mais à ma grande surprise, je n’arriver pas. Mais comment tu… ?!

-Moi aussi j’ai mes petits secrets, Verne Cultipe. Ainsi que Koll Worde et son cousin, Esteban me dit-il à l’oreille, en recerant sa prise sur mon bras. Ce qui m’arracha un couinement.

-Lâche-moi tout de suite !!!

-Pas encore, j’ai un projet pour toi.

-Elle t’a dit de la lâcher dit une voix masculine derrière moi. »

  La personne derrière moi, me prend par l’autre bras et me colle à elle. Jacob relâcha sa prise subitement sur mon bras.

« -D’accord mec dit-il en levant les mains en l’air, mais elle ne perd rien pour attendre. »

Il repartir dans la foule, je me retourna pour remercier la personne. Cette personne n’est d’autre que Koll.

« -Koll ?! dis-je surprise.

-C’est bien moi dit en souriant.

-Pardon, toi aussi tu as était inviter ?

-Ouais mais je serai plus à laisse si j’allais dehors avoua-t-il dans une expression de dégoût.

-Toi non plus tu n’aimes pas ce genre de fête ? dis-je en souriant, lui prenant la main.

-Effectiment. »

Nous sortons donc dehors, main dans la main. Il fait froid mais cela n’as pas vraiment d’importance. Il fait aussi nuit et le ciel est dégager. Les étoiles sont au rendez-vous, pareille pour la pleine lune mais cette lune était différente des autres. Elle avait des reflets rouges mais pas beaucoup, comme si elle n’était pas encore prête à changer. Koll continua de marcher, me lâchant la main, sans trop se préoccuper de la lune ou il l’avait vu, je ne sais pas. Il s’asseya contre les escaliers, devant la maison. Je m’asseya à coter de lui et regard de nouveau cette lune, qui m’attriguer. Je sens un poids contre mon épaule gauche, Koll venait de poser sa tête et avait fermé les yeux. Sa main était posée contre ma cuisse. Je ne dit rien mais je ne manque pas de rougir dans mon coins.

« -J’ai remarqué que tu avais un accent dis-je pour essayer de ne pas penser à sa main qui caresser ma cuisse, il sourit, toi aussi, un accent Italien ou Polonais, j’hésite me dit-il, je ris. Les deux, comme tu le sais sans doute, mon père est italien et ma mère était polonaise. J’ai un peu hérité des deux et toi ? D’où te vient cet accent ?

-De mon père me dit-il tristement, mon père était écossais et ma mère allemande mais pour ce qu’il est de l’accent, j’ai pris plus du coter de mon paternel.

-Désolé dis-je en lui caressant les cheveux.

-Pourquoi ? demande-t-il surpris, toujours en train de caresser ma cuisse.

-T’a l’air…triste quand tu parles de tes parents.

-Oh désoler…je…je t’en parlerai une autre fois peut-être.

-D’accord dis-je en lui caressant les chevelures, tu ne trouves pas que la lune est étrange ce soir ? dis-je pour changer encore de sujet, il l’a regarda un instant avant de refermer les yeux, oui étrange en effet. »

Puis le silence est revenu entre vous. J’essayais de ne pas rougir quand je sentais son souffle glacier dans mon cou.

« -On devait rentrer dit-il soudainement me fessant sursauter, il faut mieux que je ne laisse pas mon cousin seul. Dieu sait ce qu’il va arriver.

-D’accord dis-je soulager qu’il relève la tête. Alors comme ça…vous êtes cousin dis-je avant de rentrer dans la maison de l’enfer. Il rit un peu, il parait oui. »

Alexandro

J’attends la venue d’Éric, qui devaient arriver depuis 1h déjà. Nous n’avons pas beaucoup de temps, la pleine lune commence déjà à être rouge. Dans trois jours, le rituel pourra commencer et je dois empêcher ça. Linn est aussi nerveux que moi, je la vois en train d’évacuer son stresse sur une bougie, qu’elle rallume et éteins par la pensée, toute les 2 minutes. Une sonnette retentie au bout d’un moment, Linn lâcha bougie, qui tomba par terre, à ses pieds. Marie, la gouvernante, viens ouvrir à la personne, qui n’est d’autre qu’Éric. Il sourit d’un air idiot, comme d’habitude, je l’invite à entrer. Linn c’était cacher dans la pleine ombre. Il avança contre le pas de la porte mais il n’arrive pas à la franchir. Il perd son sourire et me dévisage, c’est la réaction que j’attendais. N’étant pas le maître de la maison, les vampires ne pouvaient pas rentrer.

 « -C’est quoi cette histoire ?! Pourquoi je ne peux pas rentrer ?! dit-il en commencent à s’énerver.

-Il faut demander l’autorisation à la maîtresse de maison. »

Linn sortie de la pleine ombre et se présenta à Éric, d’une façon neutre, sans émotion. Tous les deux ne parler gères, ils échanger juste un regard.

« -Linn ? dis-je en m’adressant à elle. Peux-tu l’inviter à entrer ?

-Hum oui il peut. Éric rentre donc le manoir sans avoir lâcher, Linn, du regard. Puis il se met à crier et à se tortiller de douleur en se tenant la tête. Je secoue Linn pour qu’elle arrête hémédiatement ce sort. Ce qu’elle fait et Éric arrête de se tortiller en soufflant.

-N’oublie pas qu’il nous ait indispensable lui dis-je en la lâchant, bien, si tu veux bien nous suivre jusqu’à la bibliothèque. Nous allons t’expliquer pourquoi nous t’avons fait venir.

Après 1h d’explication…

Éric nous regarda à tour de rôle, je ne sais pas si il nous croît. Il prit soudain la parole, d’un d’air qu’il lui ressemble pas. C’est-à-dire sérieux.

« -Admettons que j’accepte de vous aider, bien que je ne veux pas que ce rituel, ce brise dit-il je ne fais pas ça gratuitement et tu le sais Alex.

-Alexandro pour toi sera le mieux dis-je en essayant de rester calme.

-Pourtant à une certaine époque, nous étions comme des frères dit-il en souriant.

-Comme tu le dis à une certaine époque.

-Tu veux quoi en échange ? demanda Linn.

-La pierre de lune, elle sera en sécurité avec moi, sachant qu’Ivan c’est où elle se trouver.

-C’est hors de question ! s’écria Linn

-Quoi d’autre ? demande-je, ignorant Linn, sachant qu’il n’avait pas que ça.

-Que t’à fille sois sous ma protection.

-Je vais réfléchir pour la dernière demande mais pour la première sache que j’accepte.

-Mais Alex…dit Linn en me regardant.

-Bien, quand t’es qu’on commence ? »

Linn se leva en direction d’Éric, couteau à la main, en lui demandant de la tendre. Elle lui préleva qu’elles goûtent de sang, qu’elle plaça sur une carte. Puis elle se met en position et répéta une formule magique, dans une langue très ancienne. Au début, rien ne se passa, puis peu à peu, le sang ce mit à bouger, tracent un trajet. Mais quelque chose clocher, Linn s’activa dans ses paroles et le sang c’était arrêter de bouger. Enfin il s’exista ne sachant pas quoi faire. Éric et moi, nous nous regardons ne savant pas si c’était normal. Bientôt, les lumières commençais, elle aussi, à s’agiter, s’éteignant et s’allumant comme si elle allait éclater. Des livres, des papiers et des manuscrit, volière autours de la pièce, ne s’arrêtant pas. Linn commençais à fatiguer et du sang coulait au niveau de son nez. C’est là qu’on décida n’intervenir. Nous essayons de nous glisser à travers le vent, semé la tornade de livre. J’arrive en premier à attendre Linn. Je la secouai pour arrêter le sort, Linn s’écroula dans mes bras, les livres tombèrent par terre et les lumières reviennent à la normale. On était tous surpris parce qu’il vient de se passer. Je savais qu’Ivan nous laisserai pas la facilité de le localiser mais à ce point.

« -ça va Linn ? demande-je inquiet.

-Ouais ça va dit-elle en s’essuyant le nez, un peu secouer mais ça va.

-Qu’es ce qui c’est passer ? demanda Éric, le sang n’a rien localiser du tout.

- Une sorcière noire essaye de me bloquer et bloquer le sort. Je ne peux rien faire sans me faire repérer.

-Alors il faut chercher Verne avant qu’il lui mette la main dessus dit-il, où est-elle ?

-A une soirée mais je ne connais pas l’adresse dit Linn en ce dégagent de mes bras.

-Si c’est à la fête que je pense dit-il en commençant à se diriger vers la porte d’entrée, alors je connais l’adresse. »

 

Esteban

Je viens de mettre la main sur mon repas du soir, Evie se tenait à mes côtés, dehors dans le jardin. Je sens son cœur s’accélérais, quand je passe ma main dans ses cheveux châtains, aussi long qu’un drap de soi. Nous ne parlons pas, nous écoutions les bruits, près de la piscine. Nous corps sont presque coller. Evie rougie de plus en plus quand mes lèvres se posent dans son cou. Son odeur est délicieuse que j’ai envie de planter mes crocs dans sa chair. Je sens des veines apparaitre sur mon visage et mes yeux sont surement rouges. Tant pis, j’ai trop faim. J’ouvre la bouche, dévoilant mes crocs, je m’approche de quelque centimètre de son cou. Jusqu’à que mon cousin, viens ce mêlé de ce qu’il ne lui concerne pas. Koll me tira à l’égard d’Evie, qui avait relevé la tête, ce demandant ce qu’il se passe. Il me tire par le bras avant de passer celui-ci par-dessus mon épaule, Verne était là aussi, en train de me regarder.

« -Salut tu dois être Evie, moi c’est Koll enchanté dit-il en lui tendant la main, il faut excuser mon cousin, il est un peu don juan sur les bords. Tiens d’ailleurs je crois que ton frère te cherche.

-Euh d’accord. »

Evie se leva et ce dirigea vers la maison. Je balance Koll, par-dessus mon épaule, sortant mes crocs, en lui disant « qu’il allait me le payer ». Mais voyant le regard de Verne, qui me regardais d’un regard triste et en colère, je me calme et aida Koll à se relever.

« -J’espère que t’es content de toi, mon chère cousin ?

-Plutôt me dit-il d’un air sérieux, je viens de sauver cette fille.

-Une humaine tu veux dire.

-Qu’es ce que tu as contre les humains ? me demanda Verne d’un regard noir.

-Ils sont tellement faible et on bon goût dis-je en souriant sadiquement, elle s’avança vers moi d’un pas décider, sans que je mis attendre. Elle me mit une claque monumentale, que ma tête partie sur le côté. J’entendis Koll ricaner, alors que je regardais Verne d’un air surpris.

-Tu es horrible ! cria-t-elle, comment j’ai pu embrasser un mec comme toi ?! Comment tu peux penser ça des humains ?! Alors que toi-même tu l’étais !!!

-ça c’était une autre époque dis-je en m’approchant à peut plus. Et je confirme tu embrasses mal dis-je d’une voix sec, elle bouyone de colère, puis je me prend une deuxième claque de sa part.

-T’es pas mieux toi d’abord ! dit-elle en partant direction la maison. J’entendis à côté de moi, Koll ce retenant de rire.

-Va-s’y tu retiens pas dis-je.

-Tu l’as mérité me dit-il en souriant.

-Ma fois, tu as raison dis-je m’asseyant contre le bord de la piscine, en attendant tu me dois un repas.

-Cause toujours dit-il en me tapant le haut du crâne, il faut que je te raconte un truc à propos du maître de maison.

-Je t’écoute. »

Verne

Non mais qu’elle culot ! Dire que j’embrasse mal, il n’a pas mieux comme excuse ! Je suis tellement en colère, que je sens mes crocs sortir. Je m’avance dans le salon, les personnes autour de moi me regarderez ce demanda où j’ai atterris. Je chercher partout Evie, demandent à des personnes mais tout ce que je reçois est « Eh t’es mignonne, tu ne veux pas danser un peu ? », que des mecs soules. Je souffle de désespoir jusqu’à que je sens une odeur de sang, s’évaporer dans mes narines. Je regarde partout autour de moi, personnes ne sait blesser ou même égratigner. Cette odeur de sang me perturbe et je sens des veines apparaître, sur mes joues. Je me dépêche d’aller dans la cuisine, là où personnes ne viendra me déranger. J’essayés de me calmer mais l’odeur était plus forte. Puis tout d’un coup, je sens deux mains sur mes épaules, une voix masculine me chuchote à l’oreille, « La partie commence Verne », puis il me brisa la nuque.

Je me réveilla à l’arrière d’une voiture, une couverture autour de mes jambes. Un cercueil ce trouver là, juste à coter, j’entendis des pleurs. Je m’avança prudemment du cercueil est découvre Evie. La tête dans ses bras qui entourer ses jambes.

« -Evie ? dis-je surprise de la voire.

-Verne c’est toi ?! Mon dieu j’ai tellement peur Veny dit-elle en se jetant dans mes bras. Elle était blessée à la jambe.

-Evie ? dis-je en l’éloignant de moi, comment tu t’es fait ça ?

-Je suis tomber dans la cave en allant chercher des boissons.

-D’accord dis-je reprenant mon souffle, sans vouloir te vexer. T’approche pas trop de moi.

-Pourquoi t’as peur du sang ?

-Si on veut oui. »

Soudain, la voiture s’arrêta. Evie et moi nous nous regardons ce demandant comment est le visage de notre conducteur. Peut-être qu’il a des dents pointues avec des oreilles en forme d’elfe, habiller en lutins. Je sais mon imagination est bizarre. La porte du coffre s’ouvre sur un homme, à la carrure de catcheur et à la peau noire. Il nous regarda toute les deux avant nous demander de descendre, dans un ton plus dur. Il poussa Evie, nous n’allons pas assez vite à son goût, avant même qu’elle pose le pied par terre. Elle tomba, genoux sur le sol. Avant que l’homme arrive à lui remet un coup, je m’avança vers elle, l’aidant à ce relever. Nous observons les lieux, ce demandant où nous sommes. Une veilles grange ce trouver dans le paysage, avec une veille ferme et de la verdure. La seule pensée qui me venait à l’esprit est que j’espérer que les garçons viennent à notre secoures.

 

Esteban

« -Alors tu l’as trouvé ? demande-je à Koll revenant du jardin.

-Non, elle n’est pas dans la maison, ni Evie d’ailleurs.

-Je m’en fiche de cette humaine Koll ! dis-je commençant à m’énerver. Ce que je veux savoir, où est passé Verne ?!

-C’est qu’ont aimerai s’avoir aussi dit une voix masculine derrière moi.

-Éric dis-je une fois retourner, il était accompagné d’un homme aux cheveux blonds, tatouer de partout, et d’une femme asiatique, aux cheveux bruns. Qu’es ce que tu fais là ?

-Tout comme vous ont cherche Verne.

-Quand l’avez-vous vu pour la dernière fois ?! dit l’homme qui accompagner Éric, s’avança vers moi, l’air inquiet.

-Eh oh doucement grand-père, ça ne marche pas comme ça avec moi. On se présente d’abord et on pose les questions après !

-A ta place je ne ferai pas le malin Esteban me dit Koll.

-Et pourquoi ça ?

-L’homme présent devant toi est le père de Verne.

-Non tu rigole ? dis-je surpris, regardant l’homme.

-Effectivement et dit-moi ce qui me retiens de te coller une baffe pour ton insolence ?

-Ce n’est pas le temps pour la bagarre dit Éric, nous devons retrouver ta fille Alexandro.

-Pas la peine de chercher, je suis là dit une voix féminine derrière nous. »

Verne ce tenait là, toute seule, la bouche en sang et les yeux pleins de larmes. Son père s’approcha, prêt à la prendre dans ses bras mais elle le repoussa s’approchant de Koll, en me regardant. Elle posa sa tête contre son torse, une partie de moi ce met à réveiller ma jalousie.

« -Où était-tu Verne ? demande-je

-Avec Ivan dit-elle toujours la tête contre le torse de Koll. »

Nous retenons tous nos souffles en entendant ce « nom ». Ivan, un vampire cruel, d’origine russe, capable d’aller dans le corps de n’importe qui. Tant qui j’y pense, je n’ai jamais vu son « vrai » visage et j’aimerai s’avoir pourquoi il voulait Verne. Qu’es ce qu’elle à avoir là-dedans.

Flash-back

Verne

Deux hommes nous on emmener à l’intérieur de la grange. Evie s’accrocher le plus fort possible à moi, j’essayé de ne pas respirer l’odeur du sang, c’était de plus en plus difficile. Deux autres hommes était là, Jacob était présent.

« -Ah voilà nos inviter dit-il en levant les bras en l’air.

-Mais qu’es ce que tu nous veux ?! demande-je tenant Evie à l’égard.

-Mais tu vas le savoir assez tôt. »

Du sang commença à couler de son nez. Il ferma les yeux puis les ouvres laissant place à une mine surpris.

« -Evie ?! dit-il surpris, puis il tomba par terre évanoui. »

Les deux hommes qui nous avais accompagnés, emmena le cercueil et emmena le corps de Jacob ailleurs. La porte du cercueil s’ouvre dans un fraca que moi et Evie nous sursautons. Un homme à la chevelure brune, la carrure d’un homme maigre, portant un costume bleu marine, sortie du cercueil me regardant d’un sourire, fier de lui. Il sortit, fessant des petits mouvements avec les jambes pour se dégourdir.

« -ça fait du bien de sortir mon corps, il commençait à être raide dit l’inconnu.

-Qu’es ce que c’est que cette histoire ? dis-je perdu.

-Impressionnant n’est-ce pas ? Il m’a fallu des mois pour l’apprendre.

-Qui êtes-vous ?

-Je m’appelle Ivan, miss Cultipe me dit-il en prenant ma main dans la sienne, enchanté, il s’apprêter à faire un baise main, mais je dégagea avant même qu’il puisse le faire. Je vois, fort caractère, tu ressembles bien à Aleora.

-Qui ? Mais enfin que nous voulez-vous ?!

-A elle rien dit-il en regardant Evie, mais toi tu me dois quelque chose.

-Moi ?! Je ne vous connais même pas, comment je peux avoir une dette envers vous ?!

-Pas toi mais ton sang me doit une dette me dit-il en pointant une veine sur mon cou. J’avais de plus en plus du mal à comprendre. T’es ancêtre nous ont volé quelque chose de précieux à nous, les créatures surnaturels. »

Il empoigna le bras d’Evie, qui m’échappa, tellement que j’étais surprise. Il releva un peu le bas de sa robe, montrant sa blessure ouverte.

« -A tu faim, miss Cultipe ? me dit-il en souriant. Mes crocs commencées à sortir, j’avais du mal à les retenir. Je ne pouvais pas faire ça, le nourrir sur une amitié qui venaient à peine de commencer. Mais Ivan ce fessait de plus en plus insistant et je craqua. Mes dents ce plantères dans la chair du cou d’Evie, malgré ses plaintes. Je continua à boire son sang. Jusqu’à que j’entends Ivan, rire au égal. C’est parfait ! Dans trois jours nous pouvons commencer le rituel !

-Evie…dis-je horrifié par ce que je venais de faire, pardonne-moi par pitié…

-Qu’on raccompagne les humains chez eux. Il me leva la tête, au niveau de son visage. Je te laisse trois jours pour profiter de tes dernières heures de vie. Maintenant que je t’ai trouvé, tu ne pourras plus m’échapper. »

Puis il disparut dans un nuage de poussière noir. Mon visage était remplie de larme qui ne sésé de couler. Un homme me prie par le bras, me demandent de me lever. J’obéis, précieusement et le suiva dans une voiture.

 

Linn a beau dire ce qu’elle voudra. Un vampire reste un vampire. Une créature des ténèbres, assoiffées de sang, sans âme, ni de cœur. Voilà ce que j’étais.

A suivre…

Posté par Andyloudracula à 22:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]


04 septembre 2016

Vampire Life Story Chapitre 3

Vampire Life Story

Tome 1 La pleine lune commence déjà à être rouge.

couv_t1_vls

 

 

Verne

« -Non c’est impossible dis-je en reculant d’un pas, tu ne peux pas être mon père…Il a disparu en 1873, ça ne peut pas être toi. Tu mens !

-Pourtant c’est bien moi me dit-il calmement alors que je sentais les larmes venir.

-Pourquoi es-tu revenu ?! Tu m’as laissé seule sans père ni mère !!!

-Je n’avais pas le choix Verne !

-Oh à toujours le choix dis-je sèchement. »

Je pars en direction de ma chambre, je me jette sur mon lit et pleure de rage et de colère. Je viens de retrouver mon père, alors disparus depuis mes 6 ans et il réaparer sous mes yeux. Au fond de moi, j’étais heureuse de savoir qu’il était en vie mais je me senter comme…abandonné. Je me calme une heure plus tard et me dirige à mon bureau où était posé mon journal.

Aujourd’hui, un homme c’est présenter à moi…mon père…oui le père qui à disparue de ma vie de petite fille est réapparût. Je ne sais pas comment je dois le prendre…bien ? Ou mal ? Je ne sais pas…

Je soupire et regarde dehors par ma fenêtre. La nuit était déjà tombée. Je décide de prendre l’air un peu. J’escalade ma fenêtre et me voilà dehors. Je prends ma voiture et part quelque part où je pourrai me détendre. J’arrive sur une route où il n’y a que des arbres aux alentours. Je vois au loin de la fumer et décide de m’en approcher. Une voiture complétement décabosser. Je sors pour voir si il y a des blesser, personnes. Je regarde aux alentours mais il y a personne. J’entends un bruit de vibreur, comme si un téléphone vibrer par terre. J’en vois justement un à coter de la portière. Il affiche un appel en cour, « Koll ». Ce portable est à Esteban ? C’est peut-être sa voiture ? Mais où est-il maintenant ? Que lui-t-il arriver ? Il était tellement en colère contre moi qu’il a bousier sa voiture ? Non je ne pense pas. Il lui est arrivé quelque chose, je le sens. Alors que j’étais dans mes pensées, une main ce posa sur mon épaule gauche. Je fais volte-face à la personne qui se tient devant moi.

Koll

Cela fait depuis le début de la journée que j’attaque des campus universitaires, pour soit tuer des innocents ou soit pour les transformer. Eric Hunter, le vampire originel qui ma transformer, m’oblige à faire ça. Et je ne peux m’empêcher de l’obéir. Je lui dois la vie sauve. Eric est assie sur un fauteuil à coter d’une cheminée, entrain de vider le sang d’un innocent enchainé. Une queue s’en suis après lui et le pire c’est ce qu’il se régale. D’autre vampire sont dans le même cas. Tous sont des monstres y compris moi. Eric me regarde, avec la bouche remplie de sang et me balance une demoiselle dans les bras. Enchainée de la tête aux pieds, plusieurs morsure sur le corps. Il me défie du regard, enfin il me donne un ordre plutôt. Je regarde la jeune fille encore vivante dans mes bras, elle tremble de peur et de froid vue comment elle est couverte, elle me supplie de l’épargner. Eric me regarde toujours du même œil, il attend que je passe à l’action. Je fais pancher la tête de la jeune fille pour voir son cou où une veine apparait juste devant moi, je sens mon visage de vampire apparaître. Mes crocs sont sorties, des veines sont apparût sur mon visage et mes yeux sont rouges sang. Mes crocs se plantes dans la chair de son cou, son sang coule dans ma gorge, c’est délicieux. Je n’ai pas lâché le regard d’Éric, qui est satisfait de ce qui est en train de se produire. La fille crie et ce débat pour échapper à mon emprise mais impossible avec ma force. Elle bouge ses mains dans tous les sens en espérant de trouver un appuie, puis bientôt elle ne bougea plus, elle était morte dans mes bras, tuer par moi. Je jeta le corps sans vie par terre après m’être retirer de son cou et m’attaqua à un autre, qui n’était pas très loin. Tout le monde dans cette pièce c’était arrêter de faire ce qu’ils fessaient, pour me regarder me nourrir comme une bête féroce. J’avais de plus en plus faim, à chaque fois que je me nourrisser d’un corps chaud. Il m’en fallait absolument un autre. Personne ne bouger pour m’arrêter, jusqu’à que je sens deux mains m’accriper les épaules, je le regarde, puis je l’envoie balader à l’autre bout de la pièce, puis reprend mon activité.

« -Ça suffi Koll, tu as suffisamment mangé me dit Éric toujours assis dans le fauteuil, je ne l’écoutai pas pour autant. Je continuai à me nourrir alors que d’autres vampires essayaient de m’arrêter. J’i dis ça suffit !!!! »

Éric c’était lever et m’a attraper par le cou, pour me soulever. Étant plus vieux que moi et fessant partie de la ligner des premiers vampires. Il était beaucoup plus fort que nous tous réunie.

« -Regarde-moi dans les yeux ! me dit-il alors que je fuyez son regard, regarde-moi !!  Maintenant   tu te calme, tu calme ta faim et tu restes tranquille !!! »

Il me reposa à terre une fois qu’il m’a dit ça. Je suis calme mais j’ai honte de ce que j’ai fait. Le silence règne dans la pièce, jusqu’à qu’un garde vienne le briser.

« -Patron ? Il y a eu un accident pas très loin d’ici.

-Eh bien allons y jeter un coup d’œil dit Éric avec un sourire sadique. »

Nous nous levons pour partir à l’endroit où il a eu l’accident. J’essaye d’appeler Esteban pour qu’il vienne avec nous, puisqu’il adore l’action. Mais je tombe sur son répondeur. J’essaye plein de fois mais je retombe aussitôt sur son répondeur. Arriver sur la scène du crime, je reconnus la voiture retourner sur la route. Celle de mon cousin. Mais une personne m’attrigue, elle avait les cheveux roux et était plonger dans ses pensées. Éric là bien reconnu, il se dirigea vers elle et posa ses deux mains sur son épaules, elle fit volte-face à lui.

 

Verne

La personne qui se trouve en face de moi et  l’homme dans la crypte du lycée. Juste derrière lui, ce trouver Koll qui me salua d’un sourire, par contre l’homme n’avais aucune expression sur le visage. Cet homme était impressionnant pas que au niveau de taille mais aussi au niveau force. Il était costaud au niveau des bras et je pouvais deviner que des pectoraux ce dessiner sur son ventre, je peux avouer que cette vue me fessait de l’effet.

« -La vue te plait ? me demanda-t-il en souriant alors que je rougis, je me demande pourquoi je regarder là. Que fais-tu ici ? me dit-il sèchement.

-Je…je me promener, quand j’ai aperçu la voiture et…

-Et ?

-Esteban est en danger dis-je d’un coup. »

Ils me regardèrent à tour de rôle, je penser qu’ils allaient se moquer de moi mais Koll expliqua à l’homme, qu’il n’arriver pas à joindre Esteban.

« -Alors cette voiture est à ton cousin ? »

Cousin ? C’est quoi cette histoire ?

« -Oui. Et à mon avis, il n’a pas croisé un ours dit Koll.

-Oui tu as raison… il réfléchit puis reposa à son attention sur moi, fouiller la voiture et les alentours les gars ! Trouver moi des preuves avant le lever du jour ! Toi tu viens avec nous me dit-il en me prenant par le bras.

-Quoi ?! Pourquoi ?! Lâcher-moi vous me fait mal !! dis-je en me débattant.

-Ne t’inquiète pas je ne te ferai aucun mal dit-il avec un sourire. »

Koll ne dit rien et ne fait rien pour m’aider alors que je le supplier du regard, il me sourire tristement.

« -Lâche ma fille Éric dit une voix derrière nous.

-Tiens ça ne serai pas Alexandro Cultipe ? dit-il en se retournant avec moi dans les bras.

-Lâche-là.

-Et je gagne quoi ? dit-il avec sourire.

-Tu gagne deux hommes en vies dit mon père en colère.

-C’est tentant mais non dit-il avec un sourire, je tiens juste la vie de mon fidèle serviteur, il montre Koll de la tête.

-Je ne le répéterai pas trois fois Éric. Lâche ma fille ! »

Éric ? Alors cet homme s’appelle Éric ? Ce nom me dit quelque chose, un vampire cruel, qui tuer tout le monde sur son passage, s’appeler Éric Hunter. Apparemment c’était un vampire originel, je me rappelle que des personnes disaient qu’il porter une bague avec une pierre émeraude, au doigt, je regard et effectivement, une bague émeraude brier à son majeur. Je prends peur et commence à m’agiter, enfin j’essaye puisqu’il me sert de plus en plus fort dans les bras.

« -Chut me dit-il à l’oreille, je ne te ferais aucun mal. »

Je me crispe quand je sens, son souffle dans mon cou. Je vois l’un des hommes de main d’Éric, arriver vers mon père. Je n’ai pas le temps de le prévenir qu’il arrache son cœur d’une seule main et le cadavre tombe par terre, à qu’elle mettre de nos pieds. Je cris de terreur, mon père avais les mains pleine de sang et le cœur, qui ne sécer de battre. D’autres lui tombère dessus mais tous subissaient le même sort. Mon père est fou de rage, son visage qu’il était devenu un vampire, un vampire ne voulant pas laisser échapper sa proie. Éric me passa à Koll, qui me serra dans ses bras, je mets ma tête dans son cou, en essayant de ne pas écouter ce qui se passe autour de nous, même si il n’y a pas de bruit pour l’instant.

« -Arrête-les s’il te plaît dis-je dans une voix qui a l’impression que je vais pleurer, Koll hésita mais je le supplie en lui disant que je ne voulais pas que mon père, meurt encore une fois. Éric arrête !! dit-il en le regardant droit dans les yeux sans baissant le regard. »

Éric s’apprêter à s’élancer sur mon père, qui c’était mis en garde pour parer le coup. Je me dégagea de l’emprise de Koll qui, par mon grand étonnent, me laissa faire. Je cours dans les bras de mon père, que je sers de plus en plus fort dans mes bras. J’ai eu si peur de le perdre de nouveau.

« -Qu’es qui te prend de me donner des ordres Koll ?! dit Éric en colère.

-Nous ne sommes pas là pour ça dit Koll calmement, nous devons chercher Esteban avant que son bourreau ce débarrasse de lui.

-Je sais où il se trouve dit mon père, moi toujours dans ses bras en train de le regarder, mes yeux écarquiller sous la surprise, votre ami est prisonnier dans une crypte de l’église détruite.

-Et comment tu sais ça ? demanda Éric d’un regard suspect.

-Chacun ses secrets Éric.

-Bien dit Éric en souriant amèrement, alors allons le chercher, tu nous accompagne Alexandro dit Éric avec un sourire, après tout vous avez exterminé mais chiens, vous me devais bien ça. »

Mon père accepta même si je vois que cella l’ennuyer de le suivre.

« -Bien alors il faut m’être Verne à l’abri et faire disparaitre les cadavres de la route dit Koll.

-Quoi ?!! Non je ne suis pas d’accord !!! Moi aussi je veux sauver Esteban !!! m’écris-je en me dégagent des bras de mon père, en m’adressant à Koll.

-On ne sait c’est pas sur qui tomber Verne, ça pourrait être dangereux.

-Koll à raison ma jolie, ça serai plus prudent de te mettre à l’abri me dit Éric pour une fois sérieusement.

-Papa tu ne vas pas accepter ?! dis-je en m’adressant à mon père. »

….

-« Lâche-moi Koll !! Je veux aller le sauver moi aussi !!!! Je me débâtais de toutes mes forces alors que Koll m’avait mis sur son dos et ne voulait pas me déposer par terre. Koll m’avait emmenée dans la demeure d’Éric pensant que je serai plus en sécurité ici. C’était une immense maison moderne ni trop vieux ni trop jeune. Ce qui me plaisez pas, ce que la demeure étais remplie de vampire et ils me dévorer des yeux, je ne savais pas si j’étais vraiment en sécurité. D’autres était en train rire de la scène, plutôt gênante, qui ce dérouler, pourquoi gênante ? Parce que Koll avait une main qui se reposer sur une partie de mes fesses, lâche-moi s’il te plait dis-je en lui suppliant d’une toute petite voix douce. 

-ça ne marchera pas avec moi Verne me dit-il. »

Je me débats de plus en plus, nous arrivons dans une pièce où les murs sont couvert d’une tapisserie rouge, un peu noir mais c’était jolie, la pièce contenez des meubles, également un lit double. Koll me jeta limite sur le lit, qui me fessais poussais un cri de surprise, ce qui lui fessait rire. Koll partie de la pièce sans fermer la porte derrière lui. Je me précipitai vers la sortie mais je reste bloquer, je n’arriver même pas à dépasser ma main par-dessus la porte. Koll se retourna en souriant.

« -Pourquoi je ne peux pas sortir ?! demande-je inquiet d’être enfermer.

-Cette pièce à étais ensorceler pour que tu restes sagement ici.

-Comment ?!

-Par une sorcière voyons dit-il alors qu’il savait bien que ma question n’avait pas de réponse, Greta ma chérie, tu veux bien venir ? Elle risque de se sentir seule avec tous ces hommes. »

Une femme assez bronzée, cheveux blond, œil bleu vert et habiller avec un débardeur et un jean, se présenta à moi en souriant. Elle était magnifique, elle se colla à Koll en posant bien sa main sur son torse, je sentais malgré moi, une pointe de jalousie.

« -Alors c’est cette fille qu’Éric m’a demandé d’enfermer ? dit-elle en souriant et en caressant bien le torse de Koll, elle n’est pas gênée.

-Soit gentil avec elle dit-il en partant.

-Alors dit-elle en s’asseyant sur une chaîne et moi sur le lit, comment appelles-tu ? Il faut bien commencer par les bonnes manières.

 -Verne dis-je doucement, Verne Cultipe.

-Jolie nom, pas aussi jolie que toi mais jolie quand même me dit-elle avec un sourire. »

Elle compte me complimenté jusqu’au retour des autres ?

« -Moi c’est Greta John mais appelle-moi Greta, sorcière renommer en magie noir dit-elle toute contente alors que moi je là prenais pour une folle.

-Comment cela fait-il qu’une sorcière soit en compagnie de vampire ? Je croyais que vous les détester ?

-Parle aussi pour ta sorcière blanche dit-elle avec un sourire, je suis surpris qu’elle connaisse Linn, si tu veux tout savoir, Éric et Koll mon sauver la vie un jour alors que j’étais en mauvaise posture. Alors je leurs doit tout, avant j’étais une sorcière experte en la magie blanche, elle soupira tristement puis repris, mais comme j’ai aidées des vampires, mère nature ma punie, elle me montra son bras qui étais recouvert d’un tatouage étrange, avec un symbole notamment étrange. C’est le prix à payer quand tu passes de la lumière à l’ombre. Mais bon assez parler de moi, qui ta donnée ce prénoms mignon ?

-Ma mère dis-je tristement, dans sa famille, c’était une tradition de nommée sa fille d’un prénom d’une fleur.

-Ah bon ? C’est génial comme tradition. Et si j’ai bien compris tu es d’origine italienne ?

-Italienne du côté de mon père et polonaise du côté de ma mère.

-Et tu parles ses deux langues ?

-Non. Je n’ai jamais vécu en Italie ou encore moins en Pologne. »

Ce fut le silence dans la pièce, je ne pouvais pas arrêter de penser à Esteban. Je voulais le sauver ! Mais j’étais coincée ici.

« -Bon c’est bon me dit-elle en se levant de sa chaise, tu me fais pitié, tu peux aller le sauver.

-Quoi ?!

-J’ai brisé le sort, tu peux t’en allée.

-Mais tu oublies Koll et Éric !

-J’en fait mon affaire, dépêche-toi d’aller le sauver.

-Pourquoi ?

-Parce que si j’étais amoureuse d’un garçon…j’aurais fait pareil et puis je dois réglés mes comptes avec Esteban alors.

-Mais je ne suis pas…je rougie mais je pars quand même de la chambre. Je connaissez un raccourcie que les garçons ne connaissez pas, en coupant vers le pont, je pouvais arriver avant eux. Mais avant que je sorte de la demeure par derrière, je me retournai vers Greta et lui sourire, merci, puis je partie en direction de l’église détruite. »

Esteban

J’ai mal partout, je suis couvert de blessure qui ne se referme pas complètement par manque de sang, je suis aussi embrocher par des pieux en bois couvert de veine de vénus. Mon torse en est couvert. Je suis enchainer par les bras, je ne peux ni bouger ni m’enfuir. Deux femmes sont en train de me regarder souffrir, l’une est une sorcière et l’autre est Agapanthe.

« -Il faut arrêter Agapanthe dit la sorcière, tu es sensée le garder en vie.

-Je sais mais j’aime tellement les voir souffrires dit cette dernière en s’approchant de moi tout en souriant, elle me releva la tête et passa sa main droite sur mon torse nu. Elle me sourit et posa ses lèvres sur les miennes pour démarrer un baiser, je répondis malgré moi, impuissant de refuser maintenant, nous allons quitter la ville tous les deux et tu me suivras pour l’éternité, tout comme ton cousin.

-Non…dis-je faiblement, laisse-le en dehors de ça. »

Elle sourit et reprend son baiser, elle m’embrassa le cou puis descenda sur mon torse, qu’elle embrassa à plusieurs reprise. Elle me sourit, fier que je ne refuse pas ses attentes alors que j’aimerais bien. Elle me dégoûte, j’ai l’impression de me faire violer, puis tout d’un coup, elle s’arrêta et regarda l’entrée de la crypte. Je pouvais entendre vaguement des pas descendre les escaliers.

« -On s’en va dit-elle en se retournant vers la sorcière.

-Et qu’es qu’on fait de lui ?

- Laissons le ici, on reviendra le chercher. Elle se pencha à mon oreille et me chuchota des paroles, je reviendrais à la fin du bal de promo des lycéens de cette ville, alors là vous resterai à moi pour l’éternité. »

Elle disparut avec la sorcière dans un passage secret. Les pas ce fessait de plus en plus proche et bientôt je vis la silhouette de Verne apparaître. Elle se dépêcha d’enlever mes chaînes quand elle me vit, mais elle réalisa que les chaînes étaient eux aussi couvert de veine de vénus.

« -Mon…this-short arrive-je à articuler. »

Elle le prend et arrache en premier les pieux avant d’attaquer les chaînes, avec l’aide de mon this-short, ce qui me fait arracher un juron. Je tombe sur elle et nous nous laissons tomber contre le mur, moi dans ses bras et elle en train de me caresser les cheveux.

« -Ver…Verne…c’est bien toi ? dis-je en n’y croient pas mes yeux.

-Oui chut ça va aller, je suis là me dit-elle tous en me caressant le dos. »

Je me redresse et prend son visage dans mes deux mains, je l’observe, elle est vraiment belle, c’est cheveux roux tomber devant ses yeux que j’ai dû les placer derrière ses oreilles. Elle me regarder de ses yeux magnifique, je me pencha au-dessus de ses lèvres que j’hésite à m’emparait, elle ferma les yeux alors que nos lèvres ce rencontra. Verne gémie de plaisir et passa sa main dans mes cheveux quelle caressa, je passa mes mains en dessous de ses genoux pour la rapprocher de moi et approfondis le baiser. J’embrassa son cou et je continua à descendre jusqu’à qu’elle m’arrête et me repousse. Je ne comprends pas jusqu’à que je vois qu’elle rougissait, elle voulait parler, sans doute pour me dire qu’elle regretter ce baiser mais elle ne pût parler. D’autres pas ce fire entendre, moi et Verne on s’éloigna l’un de l’autre, jusqu’à être loin de l’autre. Koll, Éric et un homme que je ne connaissez pas arrivière en bas de la crypte. Ils sont surpris de voir Verne ici. Koll m’aida à me relever pendant que les autres examiner les environs afin de trouver sans doute le coupable. Enfin je m’en fiche ce qui trouve, si Verne ne serai pas arrivé à temps, je serai déjà loin. Je n’arrête pas de regarder Verne, qui parle à cet homme qui ne sait pas présenter à moi, elle évite mon regard, je ne sais pas si ce baiser n'était pas une bonne idée.

A suivre…

Posté par Andyloudracula à 00:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 décembre 2015

Vampire Life Story Chapitre 2

Vampire Life Story

Tome 1 La pleine lune commence déjà à devenir rouge.

couv_t1_vls

 

 

17 août 1675, au domaine Worde

Cet après-midi-là, le Comte Worde revenait de son entretien avec un père qui voulait marier sa fille. C’était le dix-huitième cette années et son fils allait bientôt avoir 18 ans, il fallait à tout prix qu’il trouve une épouse bien pour son fils, qui allait lui donner des beaux petits enfants pour lui succéder plus tard. Et il pensé avoir trouvé la femme parfaite pour lui. Cette femme était une des filles d’une reine qu’on croyait folle jusqu’à qu'on retrouve son corps couvert de sang. Il espérer que ceci ne se répétera pas. Arriver dans la cour, il vit son fils et son neveu en train de jouer à un jeu, encore jamais vue dans ce pays.

« -Attend quels sont les règles ?! dit le garçon à la chevelure noire.

-Il n’y a aucune règles voyons. Tu attrapes le ballon et va dans le camp de l’adversaire dit un autre garçon mais à la chevelure blonde.

-Je suis sûr que tu me cache les meilleures botes !

-Non je n’oserais pas voyons ! »

Il est regarda encore un moment. C’est deux-là était comme des frères mais il ne pouvait supporter son neveu.

« -Esteban !! Appelé le Comte, venait ici je vous pris !! »

Le garçon dénommé Esteban redonna la balle à son cousin et avança vers son père.

« -Qui y a-t-il père ? répond-t-il sèchement, nous étions en plein match.

-Je vous ai trouvé une épouse merveilleuse mon fils, elle viendra au souper de ce soir. Je veux que vous soyez préssant et vous aussi Koll dit-il en dressant un regard à son neveu.

-Moi aussi monsieur ? demanda-t-il surpris alors que son oncle refuser qu’il participe à toute activité que fessait son cousin.

-Oui, je veux que vous soyez préssant, le père de la défunte épouse, à quelqu’un a vous présenter. Donc soyer convenable tous les deux ! Les garçons veulent parler pour montrer leur désaccord mais le Comte leur coupa la parole chose qui ne fessait pas très souvent, IL SUFFIT ! Ce repas aura lieu ce soir que vous le vouliez ou non ! »

 

 

maison Worde

 

 Esteban

 

« -Esteban ! »

Une voix m’appelle, une voix si douce et féminine. J’essaye de me redressé pour voir mais je sens à peine mes membres boucher, je ne sens qu’une douleur au niveau du cœur. Je mets ma main sur le cœur comme si je pouvais faire partir la douleur. Je sens quelque chose d’humide en touchant ma chemise, je relève ma main vers mon visage, elle est couverte de sang.

« -Esteban »

Une main s’assie la mienne. Une jeune fille ce tenait là avec ses cheveux noir corbeaux qui flottait au vent. Elle me serrait la main fort qu’elle pouvait, elle pleurer aussi, elle pleurer de ses yeux émeraude en criant encore mon nom. Je me sentais partir jusqu’à je sens quelque chose d’humide sur mon visage. J’ouvre brusquement les yeux et vois Koll avec un sceau dans la main.

« -Putain Koll ! T’es malade !! dis-je en me redressant dans la baignoire.

-De quoi tu te plain ?! T’es déjà dans l’eau ! dit-il en s’asseyant sur la chaise en face de la baignoire.

-Alors pourquoi t’as fait ça ?!

-Je ne voulais pas que mon chère cousin meurt noyer dans sa baignoire dit-il ironiquement.

-Je suis déjà mort une fois, je peux bien mourir une deuxième fois dis-je en me rallongent dans la baignoire.

-Esteban dit-il s’éverment.

-Je sais, je sais…je soupir, tu sais…j’ai rêvé d’elle…

-De qui ?

-De fait pas l’idiot !! Je soupir encore une fois mais d’agacement cette fois-ci, je rêve du moment où mon père m’a tiré une balle en plein cœur !!

-C’est normal que tu te rappelles de ça.

-Je sais mais cette fois-ci, je la vois elle, je vois la femme qui m’a rendue comme ça ! Je ne suis pas sensé la voire !

-Calme toi me dit-il calmement, et sort tu vas me prendre toute l’eau chaude. »

Je soupir mais sort quand même pour laisser la place à Koll. Je me prends une serviette en pleine figure, une fois sortie du bain, je grogne mais m’essuie. Pendant ce temps-là, Koll se déshabille et entre dans l’eau. J’attrape mes habilles et mon collier, j’allais sortir mais je me retourne pour m’adresser à Koll.

« -Dis ?

-Hum dit-il à moitié endormit.

-Tu là trouve comment Verne ? dis-je tout d’un coup comme ça

-Pourquoi cette question ? dit-il lui sur la défensif

-Parce que tu m’as quand même un peu expulser à l’autre bout de la pièce alors que j’étais sur elle. Oh oui, aussi t’allais l’embrasser dis-je en essayent de rester calme, va savoir pourquoi j’allais m’énerver.

-Et toi ? Tu ressens quoi pour elle ? Parce que vue comment tu l’as tenait, tu ne voulais pas qu’elle part. »

Je ne dis rien mais pousse quand même un grognement et me retourne pour me diriger vers la sortis.

-Si tu sors va faire les courses. Y’a plus rien.

-Quel genre de courses ? dis-je ironiquement. »

Il me regard d’un regard noir, ce qui me fait accracher un rire.

« -Du calme, je plaisantais dis-je en levant mes mains en l’air, ce n’était pas sensé Grenta qui devait le faire ? Tu sais notre bonne.

-Elle est en repos après que tu as fait le con hier soir donc tu t’y colle dit-il avec un sourire.

-Tu marque un point dis-je ne soupirant et sortie enfin de la salle de bain. »

Je me dirigeais au salon avec l’esprit embrouillé à cause du rêve, je me prend un whisky et me dirige vers une bibliothèque qui était installé à côté d’un canapé. Je pris un livre pour me changer les idées mais finalement je préfère prendre mon journal et écrit avec un bon verre à la main.

Samedi 19 octobre 2016

Chère journal, j’ai encore rêvé d’elle cette nuit, rêvé de sa chevelure noire et de ses yeux verts entouré de maquillage noire. Même quand je parle, je revois l’époque où nous étions sensés nous mariés après la guerre qui à frapper le pays de Galles où nous somme réfugier. Mon père pensait qu’on serai en sécurité dans ce pays, qu’il n’aurai pas de guerre…Il c’était trompé et en a dû retourné dans notre pays natal…L’Amérique. Ah c’était le bon vieux temps, avec Koll…Et lui. Qui c’est lui ? Je l’écrierais peut-être un jour.

Je pouce mon journal et souffle en sirotant mon verre. Je regarde vers la porte d’entrée, je vois une personne de dos en train de regarder le paysage qu’il a entour de lui. C’était une fille, elle était habiller d’une robe des temps modernes, une robe noire, elle se retourna enfin et m’adressa la parole. Je ne vois pas son visage. Je ne bougeai pas, je rester là à la regarder comme un sombre idiot, puis elle se décida de se montrait. Elle avait les yeux verts d’un bleu plus foncé que l’océan. Je ne voyais que ses yeux qui m’intriquer. Je décidais de me reprendre et sortis pour aller faire des courses. Au volant, je m’allume une cigarette, ayant plus de feu, je jeter le briquer par-dessus la fenêtre.

17 août 1675 à 20h, au château du Comte.

Deux personnes était arrivées un peu en retard, le dîner commençais à 19h30 et il était 20h. Les personnes étaient bien habiller pour cette soirée, habillée seulement d’une robe, d’un costume et quelque bijou, ce qu’ils étaient plutôt rare pour ce genre de personne. Le Comte Worde invita ses invitées à entrer et leur pardonna pour leur retard, ils se dirigèrent vers la salle à manger pour commencer l’apéritive. Pendant ce temps-là, Koll et Esteban s’était cacher à l’étage pour observer les invitées. Tous les deux se lamenté on disant qu’ils préfèrent aller à la guerre que d’épouser les filles qui compter permis les invitées. Pendant que les deux se lamenté, un garçon aux cheveux noir avança vers eux d’un pas léger en ce fessant discret pour pas que les deux hommes le repére.

« -Alors petit frère ! C’est vrai que tu vas te marier ? Ça t’enlèvera peut-être ton air de gamin, qui sait ? dit-il en attrapant son frère par derrière et lui tapota la tête.

-Raah tu vas arrêter à la fin ?! Lâche-moi ! Vas embêter Koll pour une fois !! dit Esteban en essayant de ce dégagé de l’emprise de son frère.

-Ne-Me mêle pas à ça dit Koll toujours en train de regarder les invitées dans le salon.

-Aller c'est pas la mort ! répondit le plus vieux des garçons, vous les connaissait même pas.

-Raison de plus ! dit Esteban.

-Aller ! On va se montrer tous les trois, les deux garçons refusère préfèrent allais dans leurs chambres. Mais l’aîné ne fus pas sur la même longueur d’one et les poussas vers l’escalier, on ne discute pas ses aînés allez ! »

Ils descendues tous les trois de l’escalier et ce dirigea vers le salon où le responsable des lieux, les accueillerais joyeusement. Il présenta ses fils et son neveu à ses invités mais Esteban et Koll n’écoutèguerè, ils s’étaient époustoufler par la beauté d’une des deux femmes qui se trouver devant eux. Habiller d’une robe noire et d’un maquillage noir. Seul son rouge à lèvres était d’une couleur rouge vif.

En repensant à se souvenir dans les rayons du super marché, mon œil émet une larme mais une larme de couleur sang. Cela fait trop longtemps que je n’ai pas pleuré. Je m’essuie et me remet à faire mes courses, quand j’entends de mon oreille de vampirique.

« -Eh salut ! Tu dois être Verne ? On n’est ensemble au cour d’histoires. Je m’appelle Evie Brunt, ravie de te rencontrer dit-elle toute joyeuse dans sa voix.

Alors ma chère princesse habite dans le coin et là en ce moment. Tout de suite ses courses deviennent intéressantes. Je me dirige vers l’endroit où se trouve les filles. Ma princesse à l’air mal l’aise quand j’arrive au rayons. La fille aux cheveux châtain, dégage une odeur délicieuse que j’en est l’eau à la bouche. Des veines commence à apparaitre sur mon visage et je devine que mes yeux son d’un rouge sang. Je me calme, sachent que je suis en public mais je savais qui étais ma prochaine victime. Je m’élance vers elle avec un sourire aux lèvres.

« -Salut les filles comment ça va ? dis-je dans un sourire quand Verne me regarda surprise de me voir ici.

-Salut Esteban ! me sourit la fille, moi c’est Evie Brunt ravie de te connaître, elle me tendit sa main que j’attrape en vol pour lui faire un baise main, moi de même Evie dis-je dans un sourire charmeur. »

Evie rougie de la tête au pied, mon plan fonctionne.

« -Bonjour princesse dis-je en regardant Verne.

-Bonjour Esteban répondit-elle en rougissent elle aussi, surement à cause du surnom que j’aime bien lui donner.

-De quoi parler vous ?

-Je disais à Verne que je donnée une fête chez-moi ce dimanche à 20 h 30.

-Et je suis invité aussi hum ? dis-je en fessant la moue

-Oui aussi dit-elle en souriant si t’arrive à mettre la main sur Koll. Je l’invite aussi.

-Ok. Je le préviens, si Verne vient aussi.

-Non je…

-Évidemment qu’elle vient ! dit Evie en la prennent par le bras. »

Je rie alors que Verne est mal à l’aise.

« -D’accord je viens. C’est où ?

-Génial ! Tiens voici l’adresse et tiens aussi Esteban et pour Koll ! Elle nous tend des papiers puis s’éloigne en disant qu’on est géniale. »

 

Verne

Cette fille est étrange, vraiment étrange mais bon, je serai obligée d’y aller maintenant, j’ai donnée ma parole. En plus, je serai en compagnie d’humain. Génial. Evie avait un doux parfum en plus…Il faut que je me ressaisie, tu ne dois pas mordre un être humain, jamais Verne. Esteban est toujours devant moi et me regarde en souriant avant de me plaquer contre des produits et placer sa tête dans mon cou. Mais il ne fessait rien d’autre et moi je suis pétrifier, quand j’entends sa respiration dans mon oreille. Je suis pitoyable.

« -Elle est à ton goût ? J’ai bien vous comment tu regarder son cou. Trop tard, elle est déjà mienne.

-Tu ne la toucheras pas !!

-Un vampire qui se souci de la vie d’un humain, laisse-moi rire !!! »

Il se dégage de moi tout en explosant une bouteille derrière moi, au passage. Il part sans même m’adresser un seul regard. Je ne comprends pas Esteban, on dirait que quelqu’un ou quelque chose, lui a fait du mal et qu’il chercher à se venger.

 

Esteban

Pourquoi je me comporte comme ça ? Avec elle surtout ? Pourquoi j’ai envie de l’embrasser et de l’égorger par la même occasion. Il faut que je me calme où ça sera dangereux pour moi et pour elle. J’aimerai tellement que l’on m’aide. J’aimerai comprendre. J’accélère la voiture à chaque fois que je pense à elle. Je la vois en robe à l’époque des temps modernes et elle me fait penser à Agapanthe, ma fiancé de cette époque. Le même visage, la même couleur de yeux mais pas la même couleur de cheveux. Elles se ressemblent comme des jumelles. Sauf qu’Agapanthe est morte dans la crypte depuis 1690. Il faut que j’arrête de penser à ça. J’accélère encore une fois, j’arrive sur une route avec des arbres aux alentour. Je ne sais pas où je suis. Il n’y avait personne sur la route, jusqu’à qu’une femme habillée d’une robe blanche. Était là, à attendre sur la route. Je l’es vue bien trop tard que la voiture, la persécuta au moment de freiner. Mais ce n’est pas la femme qui se retrouva par terre. C’est moi et ma voiture somme retourner. Je suis blesser au niveau du crâne mais comme je suis un vampire, mes blessures cicatrices vites, ce qui me permet de sortir de la voiture.

« -Putain fait chier ! dis-je une fois sortie. Putain qu’es ce que je vais dire à Koll ! »

La voiture était toute cabossée, elle n’était plus en mesure d’être conduite. Comment cette femme a pu me balader d’une seule main ? Elle n’était pas humain, ça sait sur. Mais où est-elle à présent ? J’essaie d’appeler Koll sachent déjà ce qu’il va me dire sur la bande. « Je te l’avais dit que t’aurais un accident, un jour vue comment tu conduis ! » « C’est qui, qui avait raison. » Voilà déjà les phrases que je peux entendre. Je n’ai pas de réseaux. Je sens une présence familière derrière moi, je me retourne et je reste sans voix.

« -Bonjours Esteban dit-elle avec un sourire aux lèvres, tu te rappelles de moi ?

-Non c’est impossible…tu es…

-Censée pourrit au fond d’une crypte ? Oui c’est vrai en partie, puisque je suis là.

-Que veux-tu ?! Retourne là où tu viens ! »

Le silence apparût dans notre discutions, son visage ne changea pas d’expression.

« -Je suis venue te chercher me dit-elle d’une façon évidente. »

Je sens tout mon sang devenir chaud, ça fait mal, c’est atroce que je me mets à hurler. Je suis allongé par terre me tenant la tête. Je cris, j’essaye d’enlever cette douleur comme si c’était possible mais bientôt ce fus le trou noir.

 

Verne

Je suis épuisée, j’aimerai bien un bon chocolat chaud. J’arrive enfin au manoir après une journée…Bizarre je la décriée comme ça. Je repense à Esteban au super marcher, il est étrange comme garçon mais c’est vrai qu’il à son charme…Qu’es ce que je dis ! J’avance dans le salon où Linn m’y attendez déjà apparamment.

« -Qu’es ce qui ce passe Linn ? dis-je alors qu’elle était figée, bougie à la main, qu’elle ne cessez de rallumée avec de la magie. Il s’est passé quelque chose à l’hôpital ?

-Non non rien à l’hôpital ne t’inquiète pas, elle laissa tombée des mains, la bougie qu’elle tenait, Verne. Il y a quelqu’un qui voudrait te voir. »

Une personne sorta de l’ombre pour se diriger vers la lumière. Cette personne était un homme assez costaud avec pleins de tatouages sur les bras, cheveux blonds, œil de couleur bleu océan, barbe de 7 jours et piercing à l’arcade droit. Habiller d’un tee-shirt noir, montrant un peu c’est pectoraux, d’un jean couleur bleu foncé. Linn ne parler pas, l’homme ne parler pas. Personne ne parler, la pièce était plonger dans le silence totale. J’essaye vaguement de me rappeler du visage de l’homme en face de moi. Je sais que j’ai déjà vue se visage, mais pas à cette époque, 1873. Oui c’est ça, en 1873 que j’ai vue se visage. Je recule d’un pas.

« -Bonjour Verne, ravi de te revoir mon enfant me dit l’homme.

-Non…c’est pas vrai…Papa ?!! »

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Enfin le chapitre 2 sort, alors pourquoi il à mis temps de temps à sortir ? Parce que j'ai dû le réécrire parce que l'hisoire ne me plaisser pas alors j'ai changer. Pour le chapitre 3 il faudra attendre, ça sera peut-être à la rentrer qu'il sera poster, je ne garantie rien. Sinon bonne lecteur et joyeux noël :) !

 

Posté par Andyloudracula à 17:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 novembre 2015

Nouvelle bande-annonce et noms des personnages dévoillés "Clonage"

C'est bientôt mon anniversaire dans 3 jours si on ne compte pas celui-là, je vous dévoille les nom des personnages avec trois autres affiche du roman. Pourquoi je fais ça ? Je le fais parce que c'est le cadeau du blog en même temps que mon anniversaire donc un petite cadeau avant que le roman s'aura publier après le premier tome du roman "Vampire Life Story".

Personnages Principal:

AV-215 clone de plus grand milliardaire de New York, Even Henri

AD-210 clone de l'idole de la chanson, Jenifer Willis

GC-5 clone du plus grand savant fou, Ben Hyper

 

clonage-affiche-je te protegerai

Clonage-affiche-n'oublie pas que je suis ton ennemie

 

 

Clonage-affiche-je te prendrai tout, y compris ta famille

 

 

Posté par Andyloudracula à 18:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Soutenons Paris

STP

Posté par Andyloudracula à 18:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 novembre 2015

Nouveau Roman: "Clonage"

Clonage-affiche-lou

Clonage

Prologue

2037, notre pays à progrècer, nos machines ont évoluer, grâce à eux nos cellules peuveut en créer d'autre. Ce qui nous ça permit de créer des clones à notre image. J'en suis un aussi, oui je suis un clone. Je suis un clone d'un milliardaire égoïste qui a aider à recontruise New York pendant la guerre qui l'a frapper en 2015. Je m'appelle AV-215 et voici le monde dans lequel je suis créer.

 

Posté par Andyloudracula à 13:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 octobre 2015

Vampire Life Story - Générique ou bande annonce

Vampire Life Story-Générique

 

Alors j'ai fait ça en attendant que j'ai mon ordi pour faire le générique finale avec les sims 3. Bon visonage :)

Posté par Andyloudracula à 15:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 octobre 2015

Vampire Life Story Chapitre 1

Vampire Life Story

Tome 1 La pleine lune commence déjà à devenir rouge.

couv_t1_vls

 

 

« Vendredi 18 octobre 2016

Je me suis toujours sentie seule. Même après ce qui sait passer, je suis toujours seule, sans ami, sans famille. J’aimerai bien revenir en arrière, laisser ma place à celui qui c’est sacrifier pour la mienne. Le soir je revois toujours ses images qui me hante à chaque époque, je n’en peux plus, je veux que ça s’arrête. Je veu… »

 

« -Mademoiselle ? M’appelle Marine, vous aller être en retard pour votre premier jour »

Je souffle mais exécute quand même, de tout façon elle viendra me chercher si je ne le fais pas. Je pose mon journal que j’avais dans la main est prends mon sac et les affaires  que j’ai besoin avant de me diriger vers la porte d’entrée du manoir. Arriver au lycée, j’essayais de ne pas me faire remarquer. Je ne voulais pas que les gens me regardent. J’avance vers le bâtiment avec un peu de fierté en moi, jusqu’à que je reçois un ballon sur la tête.

 

« -Eh ! Tu peux nous renvoyer la balle s’il te plait ? me-demande un garçon derrière moi. »

Je ramasse le ballon et lui renvoie mais avec une vitesse folle que le garçon tomba sur les fesses ballon en mains. Tout le monde me dévisage. Je pars en courant en maintenant ma capuche sur ma tête, en prient que tout le monde ne pose pas de question. Arriver dans le bâtiment, je souffle un bon coup avant de reprendre ma route vers la vie scolaire. Arriver là-bas, on me donne une feuille, le nom de ma classe et mes affaires. Je remercie et me retourne pour aller dans ma classe quand je percute quelqu’un qui fait tomber mes livres par terre. Je relève la tête prête à engueuler le premier quand je vois que c’est deux mecs.

« -Désoler, je ne t’avais pas vu me dit le premier garçon avec un sourire.

-ONT t’avais pas vu !! Excuse mon pote mademoiselle, il n’a pas l’esprit d’équipe dit l’autre garçon en tapant son pote comme il dit.

-Ta gueule !

-C’est pas grave les gars, je ne regardais pas où j’allais de toute façon. Je me baisse pour récupérai mes affaires mais une main m’empêche est me passe mes livres.

-J’espère qu’on se reverra mademoiselle dit le deuxième garçon en me fessant un clin d’œil puis partie avec son pote. »

Je restai immobile, et puis c’était qui ses mecs ? Ils ne sentent pas l’humain. La sonnerie sonna, si je ne me dépêche pas je vais être en retard. Une fois arriver en classe, je présente le mot que j’avais dans la main au prof, il m’indiqua de m’asseoir devant. Je m’assoie, je regarde les gens arriver en classe, quand je vois le garçon qui ma appelait mademoiselle, rentrai en classe, il me voit, me sourit, dis bonjour au prof et se diriger vers moi. Il me dit :

« -Tiens mais c’est la demoiselle. Alors comme ça on aime l’histoire ? Ta raison c’est passionnant me dit-il avec un sourire avant de s’installer à sa place. »

J’ignore sa phrase en sortant mon livre d’Histoire est me concentre sur le cour essayant d’ignorer le garçon qui me vicier dans le dos. Après le cour, je commencer à ranger mes affaires, la pendule afficha 12h10 et je commencer à avoir faim.

« -Eh ! Miss ! »

Miss ?

« -Tu à emmener quelque chose à manger ?

-Euh non.

-Parfait ! Il se penche vers moi et me dit à l’oreille, rejoint nous dans les catacombes du lycée. »

Il part avec un sourire sur le visage sans rien ajouter de plus. Je n’ai sais pas qui est le plus étrange ? Qu’il m’invite à dîner ou qu’il me donne rendez-vous dans les catacombes du lycée. Je sors de la salle de classe et repère une porte où il y a écrit « Catacombes du lycée, entrer interdite à tout élèves ». Je rentre quand même en espérant que personne ne m’a vu. Je franchie des escaliers en mauvaise état, les mûrs était couvert de poussière où je voyais des toiles d’araignées avec leurs propriétaires. J’arrive enfin dans un couloir profond avec pièce fermer à clé, je présume, j’avance d’un pas hésiter jusqu’à que je sens une main sur mon épaule. Je me retourne brusquement la main sur le cœur.

« -Eh du calme je ne vais pas te manger dit-un garçon enfin pas encore me dit-il maintenant avec un sourire.

Je le regarde un sourcille relever.

« -Tu me reconnais pas ? »

Je hoche de la tête.

« -Tu ne reconnais pas celui qui ta bousculer ce matin ?! Je suis déçu ! dit-il avec une moue bouteuse.

-Oh tu es le copain du garçon bizarre ?

-Tu parle d’Esteban ? Ouais c’est ça.

-Qu’es que vous faite…ici ?

-Ici ? C’est notre planque quand on veut être tranquille, on peut faire ce qu’on veut dit-il un sourire, il me fait signe d’avancer, Et puis personne ne vient ici. »

Nous marchons sur le long du couloir. Je regarde les portes, des barreaux arrocher à elle-même. À l’intérieur, des menottes en fer arrocher aux murs.

« -Ce sont…

-Des prisons dit-il tristement, des prisons pour exterminer les vampires. Le lycée à était construit sous une ancienne prisons qui exterminer les créatures de la nuit, enfin ils étaient surtout équipés pour tuer les vampires. »

Je frisonne à entendre cette aveu. Je peux entendre des cris dans les cellules et vois des images flous.

« -Tu as peur petit oiseaux ? »

Je sursaute  et recule d’un bond la main sur le cœur.

« -N…Non ! Je n’ai pas peur !

-D’accord, d’accord je te crois dit-il avec un sourire.

-Ah vous voilà enfin ! dit une voix grave. »

Je ne m’étais pas rendu compte qu’ont étaient arrivé à une salle plus grande avec des rideaux rouge sur les quelques fenêtres et murs qu’il a dans la pièce. Un garçon assie dans un fauteuil noir, avec une fille sur les genoux. Esteban, le garçon qui m’a invité ici, est assie par terre, torse nu et entrain de…morde une fille dans le cou. Deux autres filles sont en train de se faire mordre par deux garçons, contre le mur. Le garçon à la chevelure noir m’invite à entrer, voyant que je n’osais pas, le garçon qui me suivez me poussa à entrer. J’avançai de quelque pas jusqu’à que je vois un cadavre de jeune fille s’étaler à mes pieds ; qui me fait sursauter.  

« -Voyons Esteban dit le garçon à la chevelure noir ne fait pas peur à la petite demoiselle comme ça. »

Esteban me regarda, il avait la bouche pleine de sang. Il me sourit puis se leva.

« -C’est une grande fille dit-il en se dirigent vers moi, elle n’a pas peur n’est-ce pas ?

-Oui elle le disait tout ta l’heure, moi c’est Koll dit-il dans mon oreille alors que je pensais qu’il était resté contre la porte, et toi petit oiseaux ?

-Ve…Verne, je frisonne quand je sens son souffle sur mon oreille droite, je m’appelle Verne.

-Hum jolie prénom dit Esteban en m’embrassant le cou. »

J’essaye de m’échapper de leur emprise mais les lèvres d’Esteban sont si douces qu’elles me font du bien. Koll me caresse la hanche en dessous de mon tee-shirt, de son autre main il prend mon sac et le pose par terre et attaque mon autre hanche et l’autre coter de mon cou. Je gémie et me décale vite à leur entraient. Les garçons ne sont même pas surpris de ma vitesse à laquelle je me suis échappé. Ils sourient plutôt même, c’est assez flippant. Le garçon à la chevelure noir claqua des doigts pour la fille se lève de ses genoux. Esteban l’attrapa par le bras et plongea déjà sa tête dans son cou, alors qu’elle rigoler comme une conne. L’autre garçon s’approcha de moi mais s’arrêta à quelque mêtre de moi. Il me regarda de haut en bas en souriant, je regarde les deux garçons et filles, qui sont toujours contre le mur, on lever le regard sur nous depuis longtemps je crois.

« - Qui es-tu petite fleur ? dit le garçon à la chevelure noir. »

Je sursaute en sentant sa main sur ma joue. Je frémie en face de lui, il fessait dix fois ma taille mais je me reprends et répond à sa question.

« -À vous de le découvrir monsieur.

-Hum intéressent dit-il en retournant à sa place et claqua à nouveau des doigts pour que la fille retourne sur ses genoux, dis-moi ma chère pourquoi te trouve-tu sur ce territoire ? Tu vas je n’aime qu’un autre vampire vient sur mes terres sans ma permissions, ça me met très en colère il plongea sa tête dans le cou de la jeune fille, la fille voulait s’en dégager mais fessant trop de mouvement le garçon lui brisa la nuque violamment et le cadavre de la jeune fille pendouiller les yeux ouvert pendant que le garçon continuer de lui sucer le sang, tu en veux ?

-Non non merci dis-je en me cachant le visage.

-Dommage, il est super bon dit-il en jetant le cadavre par terre, alors ?

-Je n’étais pas au courant que des vampires étaient ici, veuillez m’excuser. J’allais partir de toute façon dis-je en baissant la tête ».

Je me dirige vers la porte encore ouvert, en récupérant mon sac au passage toujours en baissant la tête, jusqu’à que je persécute un torse, plutôt musclé au passage. Je relève la tête et croise le regard d’Esteban. Je contourne son corps pour passer mais Esteban me retiens par le bras, je le regarde surprise par son attitude.

« -Lâche-moi Esteban dis-je en tirant sur mon bras.

-Pourquoi ? dit-il avec un sourire.

-Parce que je te demande, s’il te plait lâche-moi, j’essaye de me dégager mais il me plaque contre son torse, si musclé que j’en rougie.

-J’en n’est pas envie dit-il en plongeant sa tête dans mon cou.

-Esteban…hum…dis-je alors qu’il posait ses lèvres contre mon cou. »

Les autres sont toujours en train de nous regarder, d’autres souriais, d’autres nous regarder avec intérêt. Esteban continué à embrasser mon cou tout en me tirant dans la salle en fermant la porte derrière nous. Je lui dis d’arrêter tout en gémissement, qui n’était pas très convaincant. Esteban me pris par les jambes pour me plaquer contre le mur à côté de la porte. Je le sens me lécher le cou, puis il releva la tête vers mon regard. Il me sourit alors que moi je rougissais. Il alla replonger sa tête dans mon cou mais il se fait éjecter et une tête vient replacer celle d’Esteban.

« -Koll ! dit Esteban une fois relevé. »

Je sens Koll sourire dans mon cou et continu le travail d’Esteban. Il me caresse les hanches tous en n’embrassant les parties de mon cou, je sens une de ses mains sur mes fesses.

« -Koll…dis-je en me décalent de lui dans un gémissement, je suis totalement soumis à lui. 

-Chut dit-il dans un sourire alors que ses lèvres s’approcher des miennes. »

Je ferme les yeux de…peur ? Je ne sais pas vraiment mais je ne sentie rien à ce moment alors qu’il avait avancé ses lèvres vers les miennes. J’ouvre les yeux et vis Esteban et Koll entrain de ce battre. Koll est tenue par la main d’Esteban, contre le mur, les crocs sortie pareille pour Esteban. Je regarde le garçon à la chevelure noir, qui n’agit pas, il sourit plutôt même. Prise par la panique, je mets mes mains sur mes yeux.

« -ARRÊTER !!! Dis-je en hurlant de peur. »

Les garçons me regardères surement mais je ne pouvais pas les voire, j’avais toujours les yeux cachée de mes mains. Je tremblais, j’avais dû mal à respirer. Je ne supporter pas voir des hommes se battre, je ne pouvais pas voir du sang sortir de leur veine, je ne me contrôler plus à la vue du sang. À cette pensée, je sentais mes canines me faire mal. Je sens des mains me secouez un peu, je sursaute et tremble.

« -Eh du calme dit-une voix douce et rassurante à mon goût.

-Koll ? dis-je dans un sanglot.

-Oui c’est moi dit-il en me caressant les cheveux. »

Je me jette dans ses bras sans réfléchir, il m’assoit sur ses genoux et me caresse les cheveux. Je tremble mais je me sens rassuré dans ses bras.

« -Je…je veux partir d’ici…laisser moi partir. »

Koll regarder le garçon à la chevelure noir, puis me lâche et me donna mon sac. Il m’aida à me relever, la sonnerie commença à retentir dans mes oreilles. Koll allait dire un truc mais je décompte à toute vitesse de cet enfer. Une fois dehors, je rentre au manoir. Une fois arrivé là-bas, je pose mon sac à l’entrée et monte en vitesse dans ma chambre. Je m’étale sur mon lit en pleure.

« -Verne ? dit une voix féminine. »

Ma porte s’ouvre sur une femme asiatique, cheveux  noir relevé en chignon et habillé en robe de chambre.

« -Verne t’aurais pu ranger ton sac. Et pourquoi tu rente plus tôt ? Je ne réponds pas, Verne ma belle ? Ça va ? Elle me caresse les cheveux et s’assoie sur le lit. Allez raconte-moi tout, tu sais que tu peux tout me dire. Il s’est passait quelque chose au lycée ? Je ne dis toujours rien, Verne dit le moi sinon je vais le savoir par la magie et je sais que tu as horreur de ça ! Toujours rien, bon tu l’auras voulu, je vais utiliser le lézard.

-NON ! PAS ça ! dis-je en me redressent sur le lit alors qu’elle allait partir chercher le « lézard », je vais te le dire mais pas le lézard par pitié Linn !

-D’accord va-s’y je t’écoute dit-elle en se re-assient sur le lit.

-Eh bien… »

Je lui racontai tout ce qu’il s’est passait aujourd’hui, je suis passait de la prison au catacombe du lycée, aux baiser dans le cou de Koll et Esteban, de la bagarre entre eux et du garçon à la chevelure noir. Linn est surprise.

« -Tu vas bien au moins ? dit-elle inquiète, je hoche de la tête même si mes larmes commence à montait. Et…comment s’appelait le garçon à la chevelure noir ?

-Je ne sais pas…il ne sait pas présenter…

-Tu peux me le décrit ? A part ses cheveux dit-elle en rigolant pour détendre la tension qui règne dans ma chambre.

-Il est grand, costaud, la peau blanche comme la neige, cheveux noir comme un corbeau ténébreux venant mettre la terreux dans un monde qui n’est pas le sein.

-Et ses yeux ? dit-elle maintenant de plus en plus inquiète.

-Ses yeux ? Noir et rouge. »

Je vois l’expression de Linn changer d’un cou. Elle est passée de « maman chaleureuse » à « maman protectrice » voulant protéger son enfant. Elle se lève sens donnée d’explication en me disant juste « prépare déjà tes valises, à la fin du trimestre, nous quitterons cette ville », puis elle quitta ma chambre. Je ne comprenner pas ce qui la poussé à me dire ça. On dirait que cet homme est un monstre auquel elle veut à tout prix ne pas rencontrer. Je ferme les yeux épuisés de ma journée.   

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Enfin j'ai fini d'écrit le premier chapitre de ce roman sur l'ordinateur. J'espère qu'il va vous plaire et si il en n'a qui trouve que ça ressemble à Vampire Diaries, je m'en suis inspirer mais l'histoire n'est pas pareille. Bonne lecture et le chapitre 2 va pas t'adrai à être en ligne, je ne sais pas quand mais j'espère bientôt.     

         

Posté par Andyloudracula à 12:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 août 2015

Nouvelle fiction

new_york_city_wallpaper_noir_et_blanc_1440x900

 

« Je me suis toujours sentie seule. Même après ce qui sait passer, je suis toujours seule, sans ami, sans famille. J’aimerai bien revenir en arrière, laisser ma place à celui qui c’est sacrifier pour la mienne. Le soir je revois toujours ses images qui me hante à chaque époque, je n’en peux plus, je veux que ça s’arrête."

A suivre...

Posté par Andyloudracula à 19:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 août 2015

Test 1 Filmage (sims 3)

 

Mon premier filmage avec les sims 3

Posté par Andyloudracula à 22:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 août 2015

Please me...

 

Please me...

 

( Et oui je pose enfin quelque chose depuis longtemps je l'avoue ^^' mais j'étais occuper et je n'avais pas l'inspiration mais je posterai bientôt le chapitre 5 je crois si ma mémoire et bonne de "Il me poursuit..." dans l'autre blog et je posterai un chapitre d'une fiction que j'ai en tête mais je n'ai pas de titre. En attendens je vous mets une vidéo que j'ai faite il y à longtemps et que je pensais l'avoir mis sur ce blog )

Posté par Andyloudracula à 13:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]